Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Refoulements d’égout à répétition pour des citoyens de La Pocatière

Publié le 20 août 2019 à 18:58, modifié le 21 août 2019 à 12:31

Par: Marie-Eve Cloutier

Des résidents de La Pocatière ont eu une bien mauvaise surprise lorsque le sous-sol de leur maison s’est retrouvé inondé d’eaux usées le 8 août dernier. Le pire, c’est que plusieurs de ces victimes n’en étaient pas à leur premier refoulement d’égouts.

Selon Environnement Canada, près de 58 mm de pluie sont tombés cette journée-là. Résultat : plusieurs sous-sols de maisons situées sur la 6e, 7e et 8e Avenue se sont remplis d’eau. Les pompes et les clapets antiretour n’ont même pas suffi dans certains cas.

Aujourd’hui, l’heure est à la démolition pour Francis Chenard. Il savait que les résidences du quartier avaient déjà connu des problèmes d’infiltration par le passé lorsqu’il a acheté sa maison en 2012. Mais, il ne doutait pas que la problématique pouvait prendre une telle ampleur.

« C’était brun, le plancher était brun. C’était brun partout et ça ne sentait pas bon », se souvient-il.

M. Chenard était en vacances lorsque la pluie et les oranges violents ont créé une surcharge dans le réseau d’égout et pluvial il y a maintenant une dizaine de jours.

« J’ai tout arraché pour ramener ça au béton afin de pouvoir nettoyer, désinfecter et repartir à neuf », mentionne Francis Chenard.

Réorganisation dans une garderie

Valérie Gagnon habite la 6e Avenue depuis 5 ans avec son conjoint. Elle avait aménagé sa garderie privée au sous-sol de sa résidence. Elle a été forcée de fermer pendant deux jours le temps de nettoyer les dégâts.

« Les enfants dormaient et jouaient au sous-sol », explique Valérie Gagnon, qui a sauvé le matériel et les jouets qu’elle a pu lorsqu’elle a réalisé que le niveau de l’eau lui arrivait à la cheville la journée du sinistre. Pour l’instant, elle se débrouille avec l’espace dont elle dispose dans son salon situé au rez-de-chaussée.

« J’ai des enfants qui ne dorment pas, parce qu’ils vont à l’école. D’autres qui font des dodos. Alors ça m’occasionne beaucoup de problèmes », souligne la gardienne d’enfants.

Une finition de sous-sol à refaire

Mariette Duval est découragée. Le sous-sol de sa résidence était entièrement aménagé. Des boiseries ont dû être sectionnées à cause de l’infiltration d’eaux usées.

« Ça n’a aucun bon sens ce que l’on vit, c’est intolérable. Puis beaucoup de gens à l’heure actuelle parlent de quitter La Pocatière » affirment Mariette Duval.

Lors du refoulement d’égout en 2011, Mme Duval avait pris l’initiative de faire circuler une pétition pour demander à la ville de faire quelque chose.

Quatrième refoulement d’égouts

« On a peur, les citoyens ont peur », lance Louise-Marie Desjardins, qui a vécu pas moins de quatre refoulements d’égout, dont deux majeurs en 2007 et 2011.

Mais ce dont elle se souvient surtout, c’est de son voisin d’en face, qui avait vécu une situation semblable la sienne. « Je l’ai déjà vu pleurer de découragement. Il était complètement démuni, car il n’était plus assurable. C’est épouvantable ! Il est aujourd’hui décédé et je suis certaine que tout ça a contribué à sa mort », soutient Louise-Marie Desjardins.

Elle-même trouve aujourd’hui la situation difficile. « Je me sens un peu prisonnière. Comment vais-je faire pour vendre ma maison si les gens savent qu’on a des problèmes d’égouts ? »

Nouveaux propriétaires 

De leur côté, Looka Landry et sa conjointe ont pris possession de leur nouvelle maison le 3 juin dernier. Le jeune couple venait tout juste de s’installer et plusieurs effets personnels étaient entreposés au sous-sol. Ils devront notamment se débarrasser du divan et des électroménagers, souillés par l’eau contaminée.

« On avait pensé agrandir la salle de bain et faire une chambre supplémentaire pour le futur. Mais on ne pourra rien faire pour l’instant tant que le problème ne sera pas réglé », se désole Looka Landry.

La Ville en mode solution

Plusieurs des citoyens touchés par le refoulement d’égout sont d’avis que la source du problème provient du réseau d’égouts sanitaire et pluvial mixte dans ce secteur. Ils demandent à la Ville d’intervenir une fois pour toutes pour corriger le problème.

Pour sa part, le maire se dit sensible à la situation que vivent les citoyens de la 6e, 7e et 8e Avenue. Sylvain Hudon assure d’ailleurs que les citoyens sinistrés seront rencontrés. Le maire concède que le problème ne sera pas facile à corriger, puisqu’on parle de millions de dollars pour effectuer les travaux d’aqueduc et d’égout. Mais des solutions temporaires pourront être mises en place à court terme.