Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Réfection du rail : les travaux vont bon train

Publié le 19 août 2019 à 16:07, modifié le 19 août 2019 à 16:07

Par: Louis Laflamme

Les travaux de réfection du chemin de fer sont en branle. Entre autres, l’une des étapes majeures de ces travaux est en cours. Deux ponts sont actuellement en construction à Cascapédia – St-Jules. Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie se dit impatient de voir les travaux se terminer.

Des grues, des pelles mécaniques, des cônes orange et des dizaines de travailleurs. La réfection du rail est bel et bien commencée. Le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé, s’en réjouit. « Ça se déroule bien. On a plusieurs chantiers qui sont en cours un peu partout sur le tronçon », explique-t-il.

Notamment, l’une des étapes majeures de la réfection est actuellement en branle. Deux ponts sont en construction à Cascapédia – St-Jules.

«On parle d’un contrat de 22,4 M$. Les travaux sont commencés depuis peut-être deux mois. Ils vont se dérouler pour les 24 à 30 prochains mois. Ce qui va nous amener à avoir deux ponts flambant neufs », affirme Éric Dubé.

« Ce qui empêche de ramener le train passager, c’est les deux ponts à Cascapédia – St-Jules. On a un délai minimum de deux ans. Donc on sait qu’on ne verra pas le train passager avant 2 ans, c’est sûr », ajoute-t-il.

Pendant ce temps, une autre équipe de travailleurs s’occupe de remplacer les traverses du rail.

« Il y en a 20 000 qui vont être faites entre Matapédia et Caplan. On parle aussi d’un autre 20 000 qui va être fait entre Caplan et New Carlisle », soutient Éric Dubé.

Les travailleurs qui sont l’oeuvre devront s’attendre à avoir du pain sur la planche dans les années à venir. « On va avoir à peu près sept à huit passages à niveau qui devront être refaits sur le tronçon Matapédia – Caplan. Après ça on parle aussi d’une trentaine de ponceaux qui vont être remplacés, au cours de la prochaine année, sur le même tronçon » explique le président de la Société du chemin de fer de la Gaspésie.

Tout comme la plupart des acteurs qui portent le dossier, Éric Dubé est confiant, mais impatient. « Ça ne va jamais assez vite à notre goût! ».

« Il y aura des rencontres qui seront faites avec le cabinet du premier ministre pour voir comment est-ce qu’on peut raccourcir les délais », conclut-il.

Le ministère des Transports assure que tout se déroule dans le respect des échéanciers. Rappelons que le premier ministre Legault s’est donné un horizon de sept ans pour que les Gaspésiens puissent finalement ravoir leur chemin de fer.