Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Réactions mitigées au plan du temps des fêtes du gouvernement Legault

Publié le 20 novembre 2020 à 17:46, modifié le 20 novembre 2020 à 17:46

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Les mesures annoncées par Québec pour le temps des fêtes font réagir. Noël se fêtera avec un maximum de 10 personnes, entre le 24 et le 27 décembre, et ça ne fait pas l’affaire de tout le monde.

Le syndicat des professionnelles en soin est frustré. Comme plusieurs travailleurs essentiels, les infirmières sont obligées de travailler à Noël ou au jour de l’an, ce qui signifie que la moitié du personnel ne pourra se rassembler avec leurs proches. La présidente, Cindie Soucy, affirme que les horaires sont déjà préparés mais qu’elles ne sont pas approuvées. Les infirmières qui travailleraient à Noël cette année n’auraient pas la possibilité de voir leurs proches pendant les fêtes.

« Je vous dirais que la personne qui devrait corriger le tir présentement, c’est le premier ministre Legault. Il devrait revoir ce qu’il a proposé et permettre à chaque professionnel en soins d’avoir un Noël en famille. »

Le syndicat des enseignants du Grand-Portage satisfait

Pour Natacha Blanchet, présidente du syndicat, la poire a été coupée en deux. Les enseignants avaient de grandes inquiétudes de perdre le contact humain avec les élèves, un aspect qu’ils considèrent primordial. Mme Blanchet affirme que l’apprentissage a réellement commencé en octobre et non en septembre, en raison de l’adaptation nécessaire à toutes les nouvelles mesures.

« Le gouvernement a fait un petit bout de chemin. Malgré qu’il ne nous avait pas consultés, il a entendu toutes les sorties médiatiques des parents, des directions d’école et des enseignants, et ils ont fait un bout. »

Les élèves du secondaire auront donc à suivre des cours à distance pour une semaine avant les fêtes, ainsi qu’une semaine après. Une situation qui évite donc que des jours d’école soient perdus. En ce qui a trait aux enfants du primaire, rien ne change dans leur situation.

Le syndicat apporte cependant quelques bémols, soit la disponibilité des ordinateurs portables et des tablettes permettant de suivre les cours à la maison. Jointe au téléphone en fin d’après-midi, la responsable des communications du Centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, Geneviève Soucy, a confirmé que tout l’équipement serait prêt à temps pour les élèves du secondaire.

Des citoyens compréhensifs

Plusieurs citoyens rencontrés vendredi acceptent la décision et sont heureux de pouvoir se rassembler en famille malgré les mesures sanitaires. Le plus grand défi sera d’organiser plusieurs soirées, au lieu d’en organiser une seule, en raison de la limite de 10 personnes. Certains vont simplement inviter des couples d’amis au lieu de se réunir en grands groupes.

Des familles auront plus de difficulté à se réunir en raison des déplacements entre les régions, plusieurs d’entre elles espèrent que la situation s’améliore dans certaines zones pour pouvoir se déplacer afin d’y rencontrer des proches.