Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Démission de Catherine Fournier: réactions en Gaspésie

Publié le 12 mars 2019 à 10:51, modifié le 12 mars 2019 à 10:54

Par: Ezra Belotte-Cousineau

Coup de théâtre à l’Assemblée nationale à Québec hier alors que la députée Catherine Fournier élue sous la bannière péquiste a claqué la porte de son parti.

Elle a affirmé en conférence de presse que le Parti Québécois n’a plus ce qu’il faut pour en arriver à la souveraineté et qu’à force de perdre, le PQ est devenu un parti perdant. Le parti souverainiste se retrouve avec seulement 9 députés à l’Assemblée nationale, dont 7 qui proviennent de l’Est du Québec. Le PQ perd ainsi son statut de second parti de l’opposition, ce qui pourrait avoir une incidence sur son temps de parole en chambre. Du côté des députés du Parti québécois, on nage encore dans l’incompréhension, et on s’explique mal la sortie fracassante de leur jeune ex-collègue.

« C’est une fille intelligente qui a pris une décision pour sa carrière et qui vivra avec les conséquences de ses actions. Elle avait la tribune qu’elle voulait, elle avait une belle reconnaissance, des beaux dossiers de porte-parole et elle avait l’occasion de manifester son désaccord au parti toutes les fois qu’elle voulait le faire. On ne comprend pas trop où elle va. Le discours qu’elle a mené est contradictoire ; on parle de réunir tout en divisant, bref je ne crois pas qu’elle ait fait le bon choix. Mais de tirer dans la chaloupe et de dire que bon, ça va couler, et moi je vais faire en sorte que je vais sauver les meubles,  c’est un peu prétentieux, je suis désolé là» explique le Député de Bonavanture Sylvain Roy