Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Pow-wow à Pabineau

Publié le 15 juillet 2019 à 11:25, modifié le 15 juillet 2019 à 11:25

Par: Alexie André Belisle

La communauté autochtone de Pabineau, près de Bathurst, a organisé un pow-wow pendant la fin de semaine. Une occasion pour la communauté de se rassembler, de fêter et de faire connaître sa culture.

Petits et grands ont participé à ce rassemblement de la communauté autochtone qui avait lieu à Pabineau de jeudi à dimanche. Au menu, soupers gratuits, séance de karaoké, vendeurs d’artisanat Mi’gmaq, mais surtout beaucoup de danse. Une pratique importante pour la communauté.

« Je danse cette année spécifiquement parce que ma sœur est décédée il y a un an. Presque un an passé. Ceci était son regalia et je danse pour la respecter », explique Chenille Augustin, une jeune danseuse.

Tahoma Martinez et Madeleine Condo, deux autres danseuses, disent qu’elles veulent ainsi rendre hommage à leurs ancêtres et à ceux qui ne peuvent pas danser. La danse permet aussi de réveiller leur esprit. Pour plusieurs, la danse est aussi une affaire de famille, qui s’apprend dès le plus jeune âge.

« J’ai commencé à sept ans. Mais j’étais dans des pow-wow toute ma vie », affirme Chenille Augustin. Haley Bernard, une autre jeune danseuse renchérit : « c’est comme important dans ma famille. Et moi et ma mère on danse beaucoup. »

« Je danse depuis que je peux marcher » affirme en anglais Wambli Cochise Conquering Bear Martinez, qui cette année a eu l’honneur de mener une danse. Et ce savoir-faire transparait dans sa pratique et impressionne les spectateurs. « La danse comme ça comme on vient de voir c’est exclusif, vraiment tu viens ici pour le voir, c’est ce qui est spécial », s’exclame l’un d’eux.

Une autre spectatrice nous explique ce qui l’attiré au pow-wow : « de voir leurs racines, de voir leurs habits, leurs danses, leur culture. Ça fait du bien parce qu’on ne les voit pas souvent. »

De nombreux pow-wow ont lieu au cours de l’été dans plusieurs communautés autochtones de la province du Nouveau-Brunswick et aussi en Gaspésie. La grande majorité des activités sont ouvertes à tous.