Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Plus de doses de vaccin à Montréal : les élus compréhensifs

Publié le 19 février 2021 à 15:40, modifié le 19 février 2021 à 17:47

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Les élus du Bas-Saint-Laurent se montrent compréhensifs devant la décision de Québec de prioriser le Grand Montréal pour la suite de la campagne de vaccination.

« Le monde idéal par rapport à la COVID, semble-t-il, n’existe pas », lance d’emblée le président de la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent, Michel Lagacé.

La région doit recevoir un peu plus de 3 500 doses d’ici à demain, et 2 340 autres doses la semaine suivante. Mais les livraisons devraient se faire moins nombreuses au mois de mars alors que le gouvernement Legault veut favoriser les zones les plus à risque.

« De voir que le gouvernement met davantage d’emphase là où il y a vraiment une problématique plus importante, bien pour nous je pense que c’est tout à fait normal à ce moment-ci », explique celui qui est aussi préfet de la MRC de Rivière-du-Loup.

Les doses qui doivent arriver d’ici la fin février permettront de donner un grand coup dans les résidences pour personnes âgées et dans les ressources intermédiaires de la région.

« Ça, c’est une bonne nouvelle. C’est les personnes les plus vulnérables au Bas-Saint-Laurent. Donc pour nous ça, ça nous réconforte. » – Michel Lagacé

Les citoyens rencontrés vendredi matin étaient partagés quant à la décision du gouvernement. Plusieurs sont d’avis qu’il est normal que le Grand Montréal reçoive plus de doses en raison de la propagation beaucoup plus rapide du virus.  « C’est aussi bien que ce soit à Montréal, parce qu’ils sont portés à sortir de leur région rouge et nous apporter ça ici », explique un homme.

D’autres sont plutôt d’avis que les doses devraient continuer d’être distribuées au prorata de la population.  « Envoyer nos doses qu’on serait supposés d’avoir à Montréal parce qu’ils ont plus de cas? Ça non », lance un autre citoyen.

La situation du délestage s’améliore

En attendant les vaccins, le délestage se poursuit dans la région. 110 personnes sont en attente d’une chirurgie depuis plus de six mois à l’hôpital de Rivière-du-Loup.

« Avec la situation qui s’est améliorée dernièrement, les actions qu’on est en train de mettre en place visent justement à faire diminuer le nombre de cas qui attendent depuis plus de 6 mois, et être capable d’ouvrir sur certaines chirurgies qu’on avait été moins en capacité de faire au courant de la dernière année », explique le PDG adjoint du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Dr Jean-Christophe Carvalho.

À un certain moment au début de l’automne, plus de 750 personnes étaient en attente d’une chirurgie depuis plus de 6 mois sur l’ensemble du territoire couvert par le CISSS. Ce chiffre est maintenant passé à 434.

Le CISSS compte maintenant reprendre plusieurs de ses activités dans les blocs opératoires et espère que la situation encourageante de la région se poursuivra. Les chirurgies en ophtalmologie et en orthopédie, de même que les chirurgies générales, tous au ralenti depuis le début de la pandémie, devraient reprendre prochainement.