Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Plan de déconfinement: un soupir de soulagement dans Charlevoix

Publié le 19 mai 2021 à 16:28, modifié le 19 mai 2021 à 16:28

Par: Cimon Charest

Enfin la liberté ! Les Charlevoisiens retrouveront, tranquillement, mais surement, un semblant de normalité.

Selon le plan de Québec, la région retournera au palier orange dès le 31 mai.

« Je pense que pour nous c’est une très bonne nouvelle. Tous les maillons de la chaîne sont en place pour qu’on passe un bon été », se réjouit Michel Couturier, maire de La Malbaie. « J’avais un peu peur pour les restaurants; comment (le gouverement allait) aborder ça. Mais dès le début juin, je pense que tout le monde va pouvoir aller en salle ici dans Charlevoix. C’est une bonne nouvelle ».

« Ce qu’on demande depuis longtemps, c’est une notion de prévisibilité. Donc savoir en avance. On a enfin ça, on sait où on s’en va », ajoute Mitchel Dion, directeur général chez Tourisme Charlevoix.

Il s’agit également d’un soupir de soulagement pour les résidents.

« Ça donne un peu de vie, non? », s’est réjouie une dame, questionnée à ce sujet.

« Moi je pense que (le premier ministre) été très prudent. C’est parfait, parce qu’on ne sait jamais », ajoute une autre.

Les restaurateurs de la région sont soulagés. Grâce à la grande adhésion des résidents au vaccin, plusieurs nous ont confié qu’ils bon espoir de rester ouverts, cette fois-ci, pour de bon. Ce qui les inquiète cependant, c’est de trouver la main-d’œuvre nécessaire à temps pour la saison touristique.

« On nous annonce dans tous les médias que Charlevoix va être inondée de touristes, mais encore là, il faut être capable de répondre à ces touristes-là », explique Marc Asselin, propriétaire du Café chez nous.

Le troisième confinement du mois dernier aura particulièrement fait mal.

« Si on n’avait pas le troisième confinement, ces personnes-là que j’ai perdues, qui sont parties ailleurs, seraient restées », déplore M. Asselin.

« Le manque de main d’œuvre c’est présentement l’enjeu numéro un de l’industrie, faut savoir que c’était déjà un enjeu important avant la pandémie, donc là avec la pandémie, ça s’est juste accentué », élabore M. Dion.

Les restaurateurs souhaitent pourvoir leurs postes disponibles ici le mois de juin pour être fin prêts pour l’été.