Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Pertes financières importantes à prévoir pour les municipalités

Publié le 21 avril 2020 à 17:11, modifié le 21 avril 2020 à 17:11

Par: Elizabeth Dubé

Alors que la situation semble en bonne voie de se stabiliser au Nouveau-Brunswick, l’heure est au bilan pour les municipalités. Si plusieurs facteurs demeurent incertains, tous s’entendent pour dire que des pertes financières importantes sont à prévoir.

Contrairement à plusieurs autres secteurs, les municipalités ne bénéficient d’aucune aide financière, ni du fédéral, ni du provincial. Une situation fortement critiquée par l’Association des municipalités francophones du Nouveau-Brunswick. Ils sont d’avis que les finances des petites municipalités, comme celles du nord, seraient davantage affectées par la crise.

« Les revenus pour les municipalités pour opérer sont à 80 %, 85 % et même plus des fois pour les petites municipalités, ce sont les revenus au niveau de la taxe foncière, alors il y en a qui sont pris avec des diminutions au niveau des revenus sur les services. », nous explique Michel Soucy, président de l’Association des municipalités francophones du Nouveau-Brunswick.

Plus de 90 % des petites municipalités du secteur ont dû dire adieu à plusieurs sources de financement importantes comme le tenu de festival ou la location de salles communautaires. Malgré ces pertes majeures, celles-ci doivent continuer d’assumer le plein salaire de leurs employés en plus de maintenir les services municipaux essentiels comme la collecte des déchets.

Jules Haché, maire de Lamèque, nous mentionne que l’annulation de certaines activités permettra fort probablement aux municipalités d’économiser quelques sous, le manque à gagner demeurait toutefois trop grand pour équilibrer le budget. : « C’est sûr qu’il y a certaines activités qu’on n’aura pas à investir dedans, peut-être que ça va diminuer un peu cet impact-là, mais dans l’ensemble, on s’attend quand même à une perte. Puis il va falloir serrer probablement certains postes budgétaires pour minimiser. »

La municipalité de Lamèque projette des pertes allant jusqu’à 70 000 $ sur un budget annuel de près de 2 millions. Le maire espère toutefois que les usines de transformations des produits de la mer pourront être en opération. La mise en place de compteurs d’eaux représentant des revenus importants pour cette localité.

« Tout le monde prévoit avoir des pertes, dépendant des secteurs d’activités où ils retiraient leurs revenus, c’est différent si la municipalité est une zone côtière ou non. », ajoute M. Haché.

S’il reste plusieurs mois avant l’annonce du prochain budget, la situation inquiète tout de même certains acteurs du milieu, puisqu’une municipalité ne peut présenter un budget déficitaire. La dette se répercute automatiquement sur les exercices financiers à venir. Sans aide financière, ce sont donc les résidents qui devront payer la note.

« Si on a pas d’aide qui provient des gouvernements soit provincial ou fédéral, en faisant l’exercice budgétaire de 2022 avec un déficit, ce qui veux dire possibilité de diminutions de services ou d’augmentations de taxes foncières. », conclu M. Soucy.

Le gouvernement provincial se dit conscient de la situation précaire des municipalités. Jusqu’à présent aucune mesure concrète n’a toutefois été mise en place.