Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Permis d’études refusés : Moins d’étudiants africains dans nos cégeps

Publié le 28 février 2022 à 17:38, modifié le 28 février 2022 à 17:41

Par: Samuel Gosselin Belanger

Le refus massif d’Africains francophones, qui veulent venir étudier au Bas-Saint-Laurent, est vivement dénoncé. Un problème avec Immigration Canada qui a des impacts pour les établissements collégiaux de nos régions.

Le rejet des candidatures d’étudiants africains francophones dans les établissements d’enseignement est un problème qui persiste depuis plusieurs années. Une situation qui n’est pas sans impact.

« On ne peut pas faire autrement que de s’interroger. On n’en est pas encore à la conclusion que c’est une discrimination systématique, mais il reste qu’il semble y avoir un véritable problème. Chaque année, on pourrait facilement en accueillir au moins le triple, sinon le quadruple », affirme d’emblée le directeur général du Cégep de Rivière-du-Loup, René Gingras.

« C’est une situation qui se répète et on voit que plusieurs étudiants africains aimeraient venir étudier ici, mais de ce nombre, il y a une majorité qui doit reporter leur projet d’étude », explique pour sa part le coordonnateur du Service des communications et du développement des effectifs étudiants au Cégep de La Pocatière, Frédéric Busseau.

Au Cégep de Rivière-du-Loup, une cinquantaine de demandes d’admission par année provient de l’Afrique, principalement des pays comme le Cameroun et la Côte d’Ivoire. Un total de 11 étudiants africains étudient présentement dans cette institution alors que plusieurs qui ont été admis ont dû faire plusieurs tentatives avant d’être acceptés. Au final, ce sont 70% de ceux qui soumettent une demande sont refusés.

« Du côté du Québec, on accepte leur demande avec le certificat d’acceptation, mais il quand arrive le temps du permis d’étude, il se trouve refusé. Ça amène une certaine frustration chez eux », mentionne René Gingras.

Même constat à La Pocatière

Ces refus ne surviennent pas seulement qu’au Cégep de Rivière-du-Loup. D’autres établissements scolaires de nos régions sont touchés, c’est le cas du Cégep de La Pocatière.

« De notre côté, c’est sûr que c’est une déception puisqu’on ne peut pas tous aller les chercher. Nous on souhaite former ces jeunes-là, on prépare la relève pour le marché du travail. C’est une richesse d’avoir des étudiants d’un peu partout dans le monde », dit M. Busseau.

Pour la prochaine rentrée scolaire, soit au printemps, l’établissement de La Pocatière a reçu, jusqu’à présent, 287 demandes d’admissions d’étudiants internationaux, soit 134 provenant de pays africains francophones.

« Le processus peut être très long. On parle de plusieurs semaines, voire quelques mois. Toutefois, c’est variable d’un individu à un autre », termine Frédéric Busseau.

Le Cégep de La Pocatière compte dans ses rangs 93 étudiants internationaux, dont quatre de l’Afrique. Plusieurs discussions ont eu lieu entre la Fédération des cégeps et le gouvernement fédéral afin de trouver une solution, mais c’est loin d’être réglé.