Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Patinage de vitesse : Réalité bien différente entre le civil et le sport-études

Publié le 19 février 2021 à 17:36, modifié le 19 février 2021 à 17:36

Par: Vincent Lanoie

On le sait, les inégalités sont nombreuses entre un athlète qui évolue en sport-études et au civil. C’est surtout le cas en patinage de vitesse. Les patineurs inscrits en sport-études ont accès à la glace du Centre Premier Tech quotidiennement depuis le retour des Fêtes. Au civil, les pratiques ont seulement pu recommencer cette semaine, mais avec des consignes particulières.

Chez les Loupiots, seuls 10% des patineurs sont inscrits en sport-études. C’est donc la minorité du club qui se voit avantagée en pouvant pratiquer 5 heures par semaine et en groupe. De leur côté, les athlètes du niveau civil ont repris les entraînements au Centre Premier Tech cette semaine, mais de manière individuelle. L’entraîneuse des Loupiots s’inquiète de voir certains de ses jeunes arrêter leur sport.

«En ce moment, comme mes jeunes au civil peuvent pratiquer que de façon réduite, c’est difficile pour eux d’adhérer à leur sport et à avoir du plaisir. Quand t’es un groupe de 10-12 sur glace, tu as beaucoup de plaisir à t’entraîner que quand t’es deux où tu ne peux même pas te parler ou faire des tours ensemble», a mentionné l’entraîneuse des Loupiots, Katia Roussel.

Katia Roussel ajoute que la progression d’un patineur est plus constante en pouvant pratiquer en groupe. Elle peut enseigner à huit patineurs à la fois au niveau scolaire. Mais la condition permettant la reprise des pratiques civiles nécessite un entraîneur par patineur. C’est pourquoi ils se retrouvent à avoir moins de temps de glace.

«C’est un peu compliqué puisqu’on a le droit à un athlète par entraîneur. Pour pouvoir entraîner mes jeunes au civil, ça me prend beaucoup plus d’entraîneurs et donc plus de disponibilités. C’est dur des horaires qui conviennent à tous pour rentrer tous mes patineurs du club civil», a ajouté Katia Roussel.

Malgré tout, Elena Bujold et Romain Naasz étaient heureux de sauter sur la surface glacée du Centre Premier Tech pour la première fois depuis décembre, mercredi dernier.

«Ça m’avait vraiment manqué. J’adore le patinage de vitesse, c’est mon sport préféré. J’en fais depuis que j’ai 5 ans et j’adore ça», a raconté tout sourire, Elena Bujold.

«La glace est mieux. Ça fait du bien de retrouver la glace, je vais mieux pouvoir m’entraîner qu’avant», a commenté Romain Naasz.