Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Pas de risque plus élevé de radon à Haldimand?

Publié le 8 février 2018 à 16:31, modifié le 8 février 2018 à 22:43

Par: Stéphanie Collin

Le directeur de la santé publique de la Gaspésie Yv Bonnier Viger affirme que le risque sur la santé de la population relié à la présence de radon  près du site de forage à Haldimand n’est pas plus élevé et dangereux qu’ailleurs en Gaspésie.

Le groupe écologique Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé s’explique mal cette affirmation.

C’est que la Direction de la santé publique travaille en collaboration avec l’Institut national de la santé.

Dans un rapport publié en 2015, l’Institut mentionne que «la littérature rapporte une augmentation des émissions de radon dans l’air situé à proximité des sites de forage.»

«Tant que le puits qui est foré à Haldimand ne s’étend pas et ne va créé de nouvelles fractures, bien c’est le même risque que partout ailleurs», dit Yv Bonnier Viger.

«C’est une opinion scientifique, il faut en tenir compte. Nous, on a aussi une opinion scientifique de nos experts. Quand il dit qu’avec de la fracturation hydraulique les risques seraient augmentés, voilà encore une fois une raison de plus pour ne pas aller de l’avant avec ce forage-là», mentionne Lise Chartrand, porte-parole d’Ensemble pour l’avenir durable du Grand Gaspé.

La Direction de la santé publique est également contre toute fracturation hydraulique.

Le groupe environnemental souhaite que la Direction de la santé publique crée un dépliant informatif pour les gens habitant près des puits Haldimand concernant les risques reliés au radon.

Le directeur s’est démontré ouvert à travailler sur le dossier même s’il mentionne que les résidents du secteur n’ont pas à s’inquiéter tant qu’il n’y aura pas de fracturation hydraulique sur le site.