Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Pas de pénurie de sirop d’érable en vue en Gaspésie

Publié le 25 novembre 2021 à 17:11, modifié le 25 novembre 2021 à 17:17

Par: Emmanuel Renaud

Plusieurs distributeurs de sirop d’érable du Québec sont obligés d’aller piger dans la réserve nationale, ce qui fait craindre une pénurie de ce produit. En Gaspésie, après une excellente saison 2021, des producteurs ne sont pas inquiets. Certains voient même d’un bon œil cette situation.

Les quantités de sirop d’érable ne cessent de baisser dans la seule réserve de ce produit au monde.

« Cette année au début de la saison, on avait environ 100 millions de livres d’emmagasinées dans la réserve stratégique qui est située à Laurierville dans le Centre-du-Québec. Comme la production a été moyenne et que la demande est en croissance, ça fait en sorte qu’on pige plus qu’on a pigé dans les dernières années dans la réserve », explique la porte-parole des Producteurs et productrices acéricoles du Québec, Hélène Normandin.

Manquerons-nous bientôt de sirop dans la province? Telle est la question. Cette situation n’inquiète toutefois pas des producteurs de la Gaspésie, qui voient même d’un bon œil cette diminution des stocks.

« Pour moi personnellement, l’entreprise, ça ne nous affecte pas, mais c’est une bonne chose que la réserve baisse. Les ventes dans l’industrie sont vraiment bonnes. […] Il y a des nouvelles entailles qui seront octroyées. Donc l’industrie est en bonne santé, c’est une bonne chose que la réserve bouge », affirme le propriétaire de l’Érablière Escuminac, Martin Malenfant.

« Non, personnellement ça ne me touche pas parce que je ne suis pas un distributeur. J’en distribue un peu, mais localement parlant », assure le propriétaire de la Maison de l’Érable située à Cascapédia-Saint-Jules.

 

Avec une moyenne de 3,32 livres de sirop d’érable par entaille, la région de la Gaspésie a effectué une très bonne récolte en 2021, contrairement au reste du Québec.

 

« En fait, c’est la région en 2021 qui a été la plus productive en termes de rendement », ajoute Hélène Normandin.

« On ne manque pas sirop d’érable, justement parce que mes réserves étaient suffisantes pour subvenir à ma clientèle », mentionne monsieur Malenfant.

« Il me reste encore quelques barils pour me rendre jusqu’à la nouvelle saison, il ne devrait pas m’en manquer moi », estime Jeannot Leblanc.

La diminution des quantités dans la réserve mondiale n’aura pas d’impact sur les prix selon les Producteurs et productrices acéricoles du Québec.

« Il n’y a pas de changement de prix, c’est encore là un des objectifs de la réserve de stabiliser ces prix-là », assure la porte-parole Hélène Normandin.

Martin Malenfant croit toutefois qu’il pourrait y avoir des fluctuations à long terme : « La demande est en forte croissance et les inventaires sont bas, donc probablement que le prix du sirop va monter. »