Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Parler de la santé mentale, en anglais

Publié le 11 décembre 2018 à 17:55, modifié le 12 décembre 2018 à 08:30

Par: Louis Laflamme

L’accès aux ressources d’aide en santé mentale sera maintenant facilité pour les communautés anglophone et autochtone de la région. Un groupe de travail qui vient d’être mis sur pied en fait sa mission.

Une personne sur cinq vit avec des problèmes de santé mentale. Souvent stigmatisées, les communautés anglophones et autochtones de la région n’en font pas exception.

 « Parce que très souvent, les anglophones disent « j’ai besoin de ça mais ce n’est pas disponible en anglais ». On veut changer cette opinion là », explique la présidente du groupe de travail Mental Health & Wellness Gaspésie, Cynthia Dow.

Depuis quelques années, l’idée d’un groupe de travail pour leur venir en aide mijote dans la tête de Cynthia Dow. Et voilà qu’aujourd’hui, elle dévoile la mise sur pied de ce comité pour la santé mentale et le mieux être. Le Mental Health & Wellness Gaspésie. Un service 100% anglophone.

« C’est surtout un rôle de sensibilisation. De s’assurer que, premièrement, les gens n’ont pas peur de demander des services, de parler de la santé mentale. Et deuxièmement, qu’ils ne présument pas qu’il n’y a pas de services en anglais. Parce que ce n’est vraiment pas vrai. Il y a beaucoup de ressources disponibles. Et il faut tout simplement savoir comment entrer dans le système », ajoute Cynthia Dow.

C’est d’ailleurs une porte d’entrée dans le système qu’elle propose. Le groupe de travail qu’elle préside sert à promouvoir et orienter les gens dans le besoins vers les ressources adaptées. D’où l’importance de l’implication du CISSS de la Gaspésie.

Le tout est rendu possible grâce à un apport financier de Patrimoine Canada et de Bell Cause. Des dons totalisant 70 400$.

Ces subventions aideront le groupe de travail à organiser des activités et des foires. Des rencontres qui serviront essentiellement à lancer une conversation sur la santé mentale, en anglais bien sur. La première des ces rencontres devrait avoir lieu à l’automne prochain.