Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Nouvel échéancier du train en Gaspésie: la CSN déçue

Publié le 26 août 2019 à 17:49, modifié le 27 août 2019 à 11:11

Par: Maïka Lammequin

La CSN Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine trouve décevant le fait de ne réduire que d’un an la fin des travaux du rail jusqu’à Gaspé. Il s’agit d’une autre voix qui s’élève après la déception exprimée par la Coalition des Gaspésiens pour l’avenir du train.

Selon la CSN, le nouvel échéancier de 2025, plutôt que 2026, promis par le gouvernement Legault est encore trop long. Le président Serge St-Pierre estime que les travaux pourraient être complétés d’ici trois ou quatre ans si le gouvernement caquiste avait réellement la volonté et mettait les ressources nécessaires pour faire avancer le projet.

Que le train puisse rouler à Gaspé en 2025, c’est une réalité même incompréhensible, dénonce la CSN.« On l’a vu dans le cas du pont Champlain à Montréal, ça c’est fait en quatre ans. Puis, l’ampleur de la tâche pour le pont à Montréal est drôlement plus gigantesque que la réparation d’une voie ferrée entre New Richmond et Gaspé », a comparé le président de la CSN Gaspésie et les îles-de-la-Madeleine.

Alors que les travaux du tronçon Port-Daniel – Gaspé devraient débuter en 2020, des entreprises attendent impatiemment l’arrivée du train. C’est le cas de l’usine LM Windpower qui risque de perdre des contrats à long terme.

Selon la CSN, cet enjeu montre que le train est nécessaire pour le développement socio-économique en Gaspésie, parce qu’il permettrait d’assurer une pérennité des emplois.

« Moi, ce que je trouve déplorable, c’est qu’on ne mette pas des équipes d’ingénieurs, des équipes qui préparent le terrain, immédiatement. Il n’y a rien qui empêche de commencer immédiatement à réparer des sections de la voie ferrée pour se rendre jusqu’à Gaspé et ainsi accélérer les choses », a souligné Serge St-Pierre.

Reste à voir si l’échéancier de 2025, lui, sera respecté.