Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Nombreuses inquiétudes face au discours du Trône

Publié le 18 novembre 2020 à 15:45, modifié le 18 novembre 2020 à 17:43

Par: Melanie Duguay

Le discours du Trône du gouvernement Higgs n’a laissé personne indifférent. Plusieurs organismes se sont exprimés sur leurs inquiétudes vis-à-vis le manque d’engagement. Le discours a donné peu de détails sur la voie qu’empruntera le gouvernement progressiste-conservateur.

Pour la Société de l’Acadie, le processus de révision de la loi sur les langues officielles doit être fait dans les plus brefs délais. Les progressistes-conservateurs veulent s’y attaquer durant la prochaine année. Cependant, le temps est compté selon le président. « Effectivement les deux dernières révisions se sont faites dans des intervalles de vingt-six et vingt-quatre mois puis présentement on est à 13 mois environ. Et le comité de révision et d’un comité permanent n’est même pas encore créé pour commencer les travaux. Donc c’est certain qu’on est très inquiets. »Alexandre-Cédric Doucet

La coalition pour l’équité salariale a réalisé un exercice de maintien de l’équité avec des employés du secteur des soins. L’égalité en matière salariale est loin d’être atteinte selon Johanne Perron. « Les salaires devraient-être de vingt-deux à vingt-cinq dollars selon les emplois. Mais présentement c’est plutôt autour de quatorze et quarante et seize et quatre-vingts au maximum que les salaires se situent. On est loin du compte, puis ça explique pourquoi les gens ne sont pas intéressés à aller dans ces secteurs-là. »

L’opposition parle d’un discours du Trône avec peu de substance semblable à la plate-forme électorale des conservateurs. « C’est un discours qui est consistant de l’approche de M. Higgs. Il dit le minimum, mais lorsqu’il prend des décisions, il ne consulte pas. Il a déjà ces décisions de prises au préalable lorsqu’il va discuter avec les gens. » explique Roger Melanson

Le Parti libéral veillera à la protection des intérêts de toute la population. « On va être aussi constructif. Je ne pense pas que la population veut qu’on s’oppose à tout. Si il a des bonnes idées et c’est au bénéfice de la population, bien pourquoi on ne pourrait pas dire que ça fait du sens. Mais s’il a des mauvaises idées et que ça va au détriment du mieux-être de notre population, on va le dire. On va s’opposer. » clame Roger Melanson

 

Les organismes concernés tout comme l’opposition souhaite que le gouvernement soit plus ferme, concret, mais également plus clair dans ses engagements.