Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Mortalité de bélugas: une tendance lourde

Publié le 12 janvier 2018 à 15:40, modifié le 12 janvier 2018 à 15:57

Par: Marie-Pierre Beaubien

Le sort des bélugas continue de préoccuper. Une tendance lourde se dessine depuis une dizaine d’années. Seulement en 2017, 22 carcasses de bélugas ont été retrouvées sur les rives du fleuve Saint-Laurent.

En septembre dernier, un béluga s’est échoué sur les berges du fleuve Saint-Laurent à Saint-Denis-de-La-Bouteillerie. «On a noté une augmentation vraiment fulgurante du nombre de nouveau-nés parmi les carcasses qu’on retrouve à chaque été.  De 1983 à 2007, c’était en moyenne une carcasse de nouveau-né à chaque année. Depuis 2008, on est passé à 6 ou 7», a expliqué le directeur scientifique du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Robert Michaud.

Même constat du côté des femelles enceintes

Avant 2008, leur taux de mortalité était en moyenne de 10%. Après 2008, le taux de mortalité a grimpé à 60%.  Plusieurs causes pourraient expliquer le phénomène, dont les changements climatiques. D’ailleurs, une récente étude de Pêches et Océans Canada, démontre scientifiquement la diminution des glaces sur le fleuve. «La tendance lourde est due aux changements climatiques, du réchauffement global.  On suit cette tendance-là ici.  Dans les huit dernières années,  on a eu six des plus faibles niveaux de glaces depuis qu’on prend les données en 1969», a souligné le chercheur océanographie physique de Pêches et Océans Canada, Peter Galbraith.

«La disparition de la glace l’hiver, est un élément qui nous inquiète.  La glace fait partie de l’habitat d’hiver des bélugas.  Ça peut affecter les proies.  Est-ce qu’il peut avoir un lien avec l’état de santé des femelles qui lors du moment de la mise bas, sont en moins bonnes conditions et ont un moins grand succès et ont un plus grand taux de mortalité», a ajouté Robert Michaud.

Le dérangement, les contaminants et l’alimentation sont aussi des facteurs qui pourraient expliquer la mortalité de ces mammifères marins.