Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Mathis Cyr plus motivé que jamais en confinement

Publié le 20 mai 2020 à 17:13, modifié le 20 mai 2020 à 17:13

Par: Vincent Lanoie

En temps de confinement, il peut être difficile pour certains athlètes élites de garder un haut niveau de motivation en attendant de pouvoir pratiquer leur sport à nouveau. Ce n’est pas le cas de Mathis Cyr qui y voit une opportunité pour devenir un meilleur joueur de soccer.

Les prochaines années seront critiques pour Mathis Cyr qui rêve de faire carrière chez les professionnels. Le Louperivois de 17 ans fait preuve d’une maturité exemplaire dans la poursuite de ses objectifs.

«Moi avec le confinement, j’ai compris qu’il fallait que je m’entraîne 4 fois par jour pour pouvoir progresser le plus possible et assidûment», a expliqué celui qui évolue avec le Mondial de Rivière-du-Loup dans le U21 AAA l’été dernier.

Si ce n’était pas de la COVID-19, Cyr avait été invité à participer à un camp d’entraînement devant des recruteurs de la Ligue 1 en France. Une université au Connecticut qui évolue en première division l’avait également approché aux États-Unis pour 2021.

«Ça me fait de la peine, puisque c’était une superbe belle opportunité. Mon but étant de jouer un jour en Europe et je ne peux pas y aller pour l’instant. Je me dis qu’en même temps, rien n’arrive pour rien dans la vie. Le confinement m’a fait comprendre des affaires et je ne pense pas que je les aurais comprises autrement», a raconté Mathis Cyr.

Avec l’école à la maison, Mathis Cyr peut s’entraîner 4 fois par jour ce qui lui permet de développer ses habiletés physiques et techniques.

«Si tu veux vraiment accomplir tes rêves, qu’est-ce que tu penses que les autres font? Peut-être qu’il y en a qui s’entraîne 2 ou 3 fois par jour, alors je vais m’entraîner quatre fois par jour. Mon but étant que personne ne travaille plus que moi. Tout ce que je vais accomplir c’est par le travail et rien d’autre», affirme-t-il d’un ton franc.

Comme tous les joueurs de soccer, il est impatient de savoir quand la pratique de son sport sera à nouveau permise.

«Dans l’Est-du-Québec, on va peut-être pouvoir recommencer à jouer des petits matchs. Il va peut-être y a avoir une ligue locale pour les athlètes élites qui sont ici. J’essaie de me tenir en forme, mais c’est certain que ça me fait de la peine pour la saison de soccer, mais la vie parsemée d’embûches, mais il faut passer au travers», raconte-t-il en souriant.

Plusieurs cégeps évoluant en première division à travers la province tentent actuellement d’acquérir les services du Louperivois à condition qu’il y ait une saison au niveau collégial l’automne prochain.