Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

Depuis cet après-midi, des manifestants bloquent le trafic ferroviaire  en provenance de l’ouest sur le rail du CN à L’Isle-Verte, sur le territoire traditionnel Malécite.

Nouvelles

Marie-Eve Proulx se défend

Publié le 14 février 2020 à 18:39, modifié le 14 février 2020 à 18:39

Par: Raphael Brouillette

La ministre responsable du Bas-Saint-Laurent Marie-Eve Proulx était de passage dans le Kamouraska vendredi afin de discuter de plusieurs dossiers chauds dans la région. Elle s’est défendue concernant les critiques sur son manque de disponibilité et son poids politique.

La députée de Côte-du-Sud se dit satisfaite du travail qu’elle a accompli depuis son élection dans les trois régions, soit dans Chaudière-Appalaches, Bas-Saint-Laurent et Gaspésie-Iles-de-la-Mandeleine. Ce sont des critiques qui ne sont pas nouvelles pour elle parce que le Parti Québécois demande depuis longtemps un ministre pour chaque région. Elle répond que le territoire n’est pas si grand et qu’elle a le temps de traiter tous les dossiers.

« Jusqu’à maintenant, je considère ne pas avoir échappé aucun dossier. Tous les dossiers ont été traités et abordés malgré le flot de dossiers présents ».

Elle a aussi été questionnée sur sa disponibilité. Des organismes ont déploré dans les derniers mois la difficulté de la rencontrer.

« C’est clair qu’on n’a pas une réponse dans les 24H qui suit. Et des fois ça prend quelques jours quelques semaines parce qu’on a beaucoup de demandes je dois l’avouer »

Elle soutient que c’est aux députés de chaque circonscription de traiter les dossiers en premier lieu.

« Tous les députés du Bas-Saint-Laurent, de Chaudière-Appalaches et de Gaspésie ont mon numéro de téléphone ou celui de mon équipe et ils peuvent me contacter. Mais j’ai un rôle de support. »

Le dossier de l’Héritage 1 bientôt réglé ?

Interrogée sur son implication dans le dossier de la traverse Trois-Pistoles-Les-Escoumins, la ministre déléguée au développement régional a tenu à souligner qu’elle met de la pression depuis le début sur son gouvernement bien qu’on ne l’ait pas vu manifester publiquement, comme son collègue Denis Tardif. Elle nous a confirmé que le dossier n’a pas été discuté au conseil des ministres, mais que l’attente tire à sa fin.

« J’ai été avec mon collègue Francois Bonnardel à pousser fort pour que le dossier évolue (…)  on va attendre au cours des prochains jours la réponse de mon collègue aux Transports sur ce dossier. » .

La ministre a ajouté que le dossier est plus complexe étant donné que lien maritime est opéré par une compagnie privée et non par le gouvernement.

Elle était de passage à Saint-Pascal ce vendredi afin d’exprimer son support aux travailleurs Bombardier à La Pocatière, qui sont toujours dans l’attente de savoir si l’usine aura un nouveau propriétaire. Elle dit avoir  entendu les critiques et compte être plus présente dans son territoire qui couvre près de 200 localités.