Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

La COVID-19 a fait un premier mort en Gaspésie ce samedi. Il s’agit de Gustave Joseph, un homme qui logeait au manoir du Havre à Maria et qui était hospitalisé en raison du coronavirus, rapporte sa petite-nièce, Kim Arsenault Joseph.

Nouvelles

L’urgence de l’hôpital de Caraquet sera fermée la nuit

Publié le 10 février 2020 à 12:14, modifié le 10 février 2020 à 17:21

Par: Elizabeth Dubé

Tout indique que l’urgence de l’hôpital de Caraquet fermera ses portes la nuit. Le gouvernement du Nouveau-Brunswick devrait en faire l’annonce demain, selon plusieurs sources.

Une rumeur qui est bien mal accueillie dans la région, alors qu’on parle d’une fermeture qui serait effective entre 22 heures et 8 heures le matin. La fermeture du service de nuit aurait d’ailleurs un impact majeur ici à Caraquet puisqu’elle entraînerait la fin des services de soins actifs. Ceux-ci nécessitent la présence d’un médecin 24H sur 24. Pendant la période ou l’urgence est fermée, les personnes malades devront se déplacer jusqu’à Tracadie ou même jusqu’à Bathurst, dans des cas plus graves.

Il ne s’agit pas de la première fois que le centre hospitalier de Caraquet pourrait perdre des services.Rappelons qu’entre 2005 et 2012, l’hôpital de Caraquet avait été transformé en centre de santé communautaire, dans le cadre d’une réforme majeure. Une initiative qui avait été fortement critiquée. Le comité Action H qui a lutté pendant des années pour le maintien des services est d’ailleurs fin prêt à reprendre du service.

La conférence de presse présentée ce matin devant les portes de l’hôpital de l’Enfant-Jésus à Caraquet avait un air de déjà-vu. Pour l’organisme Égalité santé en français, les mesures du gouvernement Higgs en santé continuent de brimer la population francophone du nord du Nouveau-Brunswick.

Pour la vice-présidente Louise Blanchard, il s’agit d’un pas dans la mauvaise direction : «  Les gros hôpitaux anglais on plus de service que nous les francophones et on coupe encore. On a du rattrapage à faire, mais là on nous coupe encore donc y’a un non-sens. »

Hubert Dupuis, le président d’Égalité santé en français abonde d’ailleurs dans le même sens : «  Si le premier ministre et son gouvernement veulent sauver de l’argent dans le système de santé, c’est le temps qu’ils vont couper dans les gros hôpitaux anglophones qui ont des services en doubles et en triple. Et laisser les petits hôpitaux communautaires comme celui de Caraquet tranquilles. »

La possibilité de voir l’urgence fermée de soir est reçue comme une onde de choc par les différents acteurs du milieu. On se questionne à savoir pourquoi les communautés rurales sont une fois de plus visées par ces coupes budgétaires.

«  Le gouvernement Higgs nous a répété en chambre depuis 1 an qu’il n’allait pas fermer d’hôpitaux, mais fermer une urgence c’est un moyen de faire mourir un hôpital à petit feu. Ça va avoir des répercussions dans toute la péninsule. L’hôpital de Tracadie n’est pas en mesure d’accueillir toutes ces urgences-là, les gens sont inquiets. Chaque citoyen du Nouveau-Brunswick a le droit d’avoir accès à des soins de santé de qualité que l’on soit en milieu urbain ou en région rurale. », rapporte Isabelle Thériault, députée de Caraquet et membre de l’opposition officielle.

Le gouvernement de Blaine Higgs a confirmé en fin de journée qu’une annonce serait faite demain, sans toutefois en préciser la nature. La population de Caraquet, elle, ne compte pas en rester-là.

Pendant la période ou l’urgence est fermée, les personnes malades devront se déplacer jusqu’à Tracadie ou même jusqu’à Bathurst, dans des cas plus graves.