Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

L’herbe à poux ; un fléau pour ceux qui sont allergiques au pollen

Publié le 9 août 2022 à 17:06, modifié le 9 août 2022 à 17:06

Par: Alexy Trépanier

La saison des allergies est difficile pour plusieurs. La situation ne s’améliorera pas dans les prochaines semaines avec l’herbe à poux, qui produit beaucoup de pollen en début septembre. La lutte contre cette plante envahissante est à recommencer à chaque année.

Comme chaque année, bien des citoyens se font prendre par les maux de gorge, le larmoiement des yeux et les éternuements constants à l’arrivée de la saison des allergies.

« J’éternue beaucoup. Je viens même les yeux qui piquent, le palais qui pique, puis, c’est ça, c’est un peu intense. » explique une dame.

« C’est des éternuements du matin au soir. Épuisant, fatigues. Tu vas te coucher le soir. Tu es très fatigué. Larmoiement aussi. Grattement dans le fond de la gorge. » raconte un homme en visite à Rivière-du-Loup.

Le coup de grâce pour plusieurs, c’est l’herbe à poux. C’est un québécois sur cinq qui aura une réaction allergique au pollen de cette plante, parfois légère, mais parfois elle peut évoluer en rhinites, en conjonctivites et en symptômes asthmatiques. Et cette espèce envahissante est de plus en plus présente au Bas-Saint-Laurent.

« Un plant. Un seul plant d’herbe à poux peut produire jusqu’à 3000 grains donc imaginez-vous si ça se reproduit ça peut être dangereux pour les personnes qui ont des rhinites allergiques. » précise Maude Riout, coordonatrice aux communications à l’association pulmonaire du Québec.

Même si elle se répand très vite, cette plante est également très simple à arracher. La Santé publique du Bas-Saint-Laurent recommande aux gens de les enlever dès qu’ils les voient pour éviter qu’elles ne s’étendent.

Des municipalités font aussi leur part. Saint-Pascal, par exemple, lutte contre cet indésirable depuis 15 ans. Des équipes pulvérisent l’herbe à poux annuellement avec une solution saline. « C’est une solution saline qui est appliquée en bordure des routes, sur les terrains des institutions publiques et puis il faut le faire chaque année. La population de plants diminue. » explique Jean L’Angelier, directeur général de la municipalité de Saint-Pascal.

L’herbe à poux est responsable d’environ 75% des allergies saisonnières. La retirer de son terrain rend donc service à plusieurs.