Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les Québécois en route pour les Îles affluent dans les hôtels du Témiscouata

Publié le 29 juin 2020 à 18:06, modifié le 29 juin 2020 à 18:06

Par: Raphael Brouillette

Alors que la fermeture des frontières du Nouveau-Brunswick fait rager bien des Témiscouatains, elle fait le bonheur des hôteliers de la région. Plusieurs établissements situés près des limites enregistrent une hausse des réservations de Québécois en route vers les Îles-de-la-Madeleine.

Les lignes ne dérougissent pas dans les hôtels et motels  de Témiscouata-sur-le-Lac et Dégelis ces jours-ci. Tout a changé le 17 juin, quand le Nouveau-Brunswick a interdit aux Québécois en route vers l’archipel de s’arrêter pour dormir. La région est donc la seule option avant d’atteindre le traversier à Souris à l’Île-du-Prince-Édouard.

 « On s’attendait à ça, mais pas de cette ampleur. Je ne dirais pas le mot inespéré, mais je n’en connais pas d’autres à dire. On est très très contents. » Claude Bossé, propriétaire Motel Claude.

« On voit la hausse de téléphones, de réservations en ligne. C’est une bonne différence parce qu’avant cela, c’était très très tranquille. » Julie Fortin, propriétaire Motel Royal

« Dès le lendemain des annonces, nous le téléphone n’a pas dérougi. Ça a été instantané. » Éliane Deschênes-Plourde, directrice générale adjointe, Hôtel 1212.

La surprise est totale puisqu’on s’attendait à une saison désastreuse avec la fermeture totale de la frontière. Le refus de permettre aux Québécois de séjourner au Nouveau-Brunswick est un baume pour les propriétaires.

 « On ne savait pas ce qui se passerait. Quand on a vu la fermeture arriver nous étions découragés, mais finalement c’est une belle surprise que d’avoir cet achalandage. » Claude Bossé

 « Il y avait plus d’inquiétude il y a un mois, mais effectivement ça nous fait un peu plus sourire maintenant. » Éliane Deschênes-Plourde

Cette hausse de visiteurs en direction des Îles arrive à point parce qu’elle vient compenser une baisse de la clientèle provenant de l’Ontario et des grands centres qui s’arrête chaque année dans la région en direction des maritimes.

 « On a eu plus de 300 annulations à partir du 15 mars de gens qui allaient au Nouveau-Brunswick, qui allaient en Ontario ou en Nouvelle-Écosse. » Julie Fortin

« C’est plus que 50% parce que quand ils ne sont pas là, on s’aperçoit qu’il manque quelqu’un dans le système. Ce quelqu’un-là a été remplacé par quelqu’un d’autre. » Claude Bossé

Si la tendance se maintient, le Motel Claude et l’Hôtel 1212 pourraient connaître un taux d’occupation similaire à l’an dernier. Un facteur pourrait toutefois changer la donne. Si le Nouveau-Brunswick décide d’ouvrir ses frontières, certains hôteliers craignent une vague d’annulation.

« S’ils décident de rouvrir le passage, ça se pourrait qu’il y ait une partie des réservations qui sont bénéfiques pour nous qu’on perde. »

En contrepartie, cela pourrait permettre aux touristes d’ailleurs au Canada de séjourner au Témiscouata avant d’accéder aux provinces maritimes.