Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les élus de Caraquet tiennent à leur palais de justice

Publié le 29 juin 2020 à 17:17, modifié le 29 juin 2020 à 17:17

Par: Antoine Pelland-Ratté

Alors que les rumeurs entourant la possible fermeture des palais de justice de la Péninsule acadienne s’intensifient, des élus de Caraquet réitèrent l’importance de l’accessibilité à la justice en milieu rural. Selon eux, la proximité des tribunaux est bénéfique au fonctionnement de leur municipalité.

Construit il y a à peine dix ans, ce palais de justice pourrait actuellement connaître ses dernières audiences. À l’Assemblée législative l’hiver dernier, la députée de Caraquet n’a pas eu la réponse qu’elle désirait de la ministre de la Justice, afin de savoir si le gouvernement Higgs s’engageait à maintenir l’établissement opérationnel.

« Vous savez, les procédures, les honoraires, c’est un parcours déjà assez sinueux. C’est pourquoi si jamais il y a de la distance qui s’ajoute, ça veut dire qu’il va y avoir des coûts supplémentaires. C’est les clients qui vont devoir assumer ces coûts-là », prévient la députée libérale de Caraquet, Isabelle Thériault.

Elle reproche au gouvernement conservateur de vouloir centraliser les services, au détriment des régions et des citoyens.

« Je pense à la réforme dans les soins de santé, la tentative l’hiver dernier de vouloir fermer certaines urgences. Je pense au redécoupage des zones administratives en développement social. […]  Il faut maintenir nos services en région rurale. Il faut avoir une pertinence de vivre en région rurale », précise-t-elle.

Pour le maire de Caraquet, la présence d’un palais de justice est importante pour l’économie. « Lorsque la cour fonctionne, il y a des journées de comparution et énormément de gens qui se déplacent et ces gens-là vont manger dans un restaurant, vont mettre de l’essence, vont peut-être en profiter pour faire leur épicerie, aller magasiner.  Donc indirectement, de perdre ce service-là, ça aura un impact négatif économiquement. »

Il ajoute que l’établissement bénéficie à la vie en communauté. « Et lorsqu’on va toucher le cœur des municipalités comme ça, ça vient nous chercher, donc nous on ne veut vraiment pas perdre les services qu’on a en région .»

La municipalité de Caraquet a envoyé une lettre au gouvernement, afin d’organiser une entrevue avec la ministre de la Justice. De leur côté, les élus de Tracadie se pencheront sur le sujet lors du conseil municipal.