Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les efforts de sensibilisation d’un jeune amputé d’Edmundston reconnus!

Publié le 9 juillet 2021 à 14:04, modifié le 9 juillet 2021 à 14:04

Par: Gilles Duval

Deux productions de l’Association des amputés de guerre dans lesquelles apparaît le jeune Mathieu Bossé, du quartier Saint-Jacques à Edmundston, ont été primées lors de récents festivals aux États-Unis. L’adolescent a dû être amputé de son avant-pied droit à l’âge de 4 ans à la suite d’un malencontreux incident impliquant un tracteur à gazon.

La capsule de prévention «Jouez prudemment» a décroché la mention Or dans la catégorie Message d’intérêt public au Communicator Awards, une organisation en arts visuels qui récompense les meilleures productions en communication.

«Je ne savais pas qu’il y avait des prix. J’avais des amis, on en parlait, ils m’ont dit je t’ai vu passer à la télé; je l’ai vu deux fois l’annonce», a dit le jeune Mathieu maintenant âgé de 10 ans.

Le portrait de l’enfant avec sa famille, «Jouez prudemment : l’histoire de Mathieu», s’est vu remettre le prix Argent dans la catégorie Sans but lucratif au WorldFest Houston, un événement qui souligne depuis 50 ans l’excellence des productions audiovisuelles américaines et internationales.

«C’est une expérience qu’on voulait tous vivre ensemble car ça pouvait aider Mathieu à grandir, ça pouvait montrer aux gens que c’est important de lancer aux gens des messages de prudence», a raconté sa mère, Mylène Bossé.

À l’âge de quatre ans, le jeune Mathieu a perdu son pied droit lorsqu’il a glissé sous le tracteur à gazon. Grâce à une prothèse reçue du programme Les Vainqueurs de l’Association des amputés de guerre, il fait pratiquement tout ce qu’il a envie de faire. Mais l’enfant de 10 ans est conscient qu’il est différent.

«Je n’arrête pas de penser que les autres enfants ont deux pieds et moi qu’un seul», a-t-il indiqué.

Il n’hésite jamais à raconter sa mésaventure pour sensibiliser les enfants aux possibles dangers qui les guettent.

«S’il y a des nouvelles personnes dans ma classe ou que je rencontre, je leur dis ce qui m’est arrivé», a-t-il ajouté.

«Il va en parler avec ses amis; si quelqu’un lui demande, est-ce que je peux voir? Il va lui montrer son pied, ça ne le gêne pas», poursuit sa mère Mylène.

Le programme des Amputés de guerre permet de payer une partie du remplacement de sa prothèse qui se chiffre à environ 8000$. Il doit en obtenir une nouvelle bientôt.

«Il change en moyenne de prothèse deux fois par année quand il grandit ou prend du poids; l’assurance couvre une partie des prothèses et l’association des amputés de guerre paie la balance», a fait remarquer sa mère.

Quand on lui demande ce qu’il veut faire plus tard comme métier, Mathieu Bossé réponse qu’il souhaite devenir ambulancier.