Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les cégeps régionaux en mode séduction

Publié le 12 février 2018 à 16:24, modifié le 13 février 2018 à 10:58

Par: Jasmin Dumas

Les cégeps du Québec sont déjà en pleine période de recrutement, en vue de la rentrée de l’automne 2018. 19 établissements ont un nouvel argument pour attirer en région les étudiants des grands centres. C’est le cas à La Pocatière et Rivière-du-Loup.

Originaire de Saint-Fabien-de-Panet, Myriam Bélanger étudie au Cégep de La Pocatière depuis septembre. Elle demeure aux résidences du cégep, et ce gratuitement: «C’est une raison de plus de choisir le Cégep de La Pocatière parce que ça aide beaucoup plus les étudiants qu’un autre cégep qui ne l’offre pas.» Ça parait financièrement? «Oui vraiment!»

Myriam fait partie de la première cohorte qui bénéficie du programme de mobilité étudiante interrégionale, une enveloppe gouvernementale de 1,5 million de dollars que se partagent 19 cégeps régionaux. «On a 45 places par année. Actuellement j’ai 23 étudiants qui ont bénéficié en 2017-2018 de ce programme-là, indique la directrice générale du Cégep de La Pocatière, Marie-Claude Deschênes. On espère bien pour les prochaines années voir rehausser ce nombre d’étudiants qui pourra profiter du programme de bourse à la mobilité.»

Au Cégep de La Pocatière, les nouveaux étudiants obtiennent également 500 dollars en bons d’achats. À Rivière-du-Loup, les jeunes peuvent recevoir jusqu’à 3 000 dollars en bourse de réussite. «On nous le dit, la résidence gratuite c’est un incitatif non négligeable. Tant qu’à payer un appartement à Québec je vais peut-être regarder du côté de Rivière-du-Loup», raconte le directeur adjoint aux Études et aux Affaires étudiantes, Jérémie Pouliot.

Ce programme est offert aux étudiants des grandes régions de Montréal et Québec. Les autres y ont accès, seulement si le programme ne s’offre pas dans leur région d’origine. «Ce qu’on ne veut pas c’est commencer à se chicaner non-plus pour les étudiants dans deux régions qui ont des difficultés de recrutement», précise M. Pouliot.

Au Centre d’études collégiales dans Charlevoix, une personne actuellement inscrite jouit du programme de mobilité. Comme il est encore en autorisation provisoire, le Centre d’études collégiales au Témiscouata n’est pas admissible.