Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Les aspects techniques d’une traverse au port de Gros-Cacouna

Publié le 16 septembre 2020 à 17:21, modifié le 16 septembre 2020 à 17:37

Par: Fabienne Tercaefs

Un éventuel déménagement de la traverse de Rivière-du-Loup entraînerait des aménagements importants au  Port de Gros-Cacouna. Au niveau technique, les installations pourraient accueillir le traversier.

Bruno Gagnon est aussi l’ancien vice-président de la commission régionale du Port de Gros-Cacouna. Il s’appuie sur l’étude ro-ro de 2014, qui avait validé l’installation d’une rampe pour gros chargement. La traverse pourrait être installée à l’intérieur du havre. « Complètement à l’est des 2 quais commerciaux, parce qu’il faut quand même conserver la vocation commerciale de ces infrastructures parce qu’elles sont là à cause de l’activité commerciale. (…) il y a possibilité de faire un quai, un débarcadère et faire les accès quand même de circulation,» explique Bruno Gagnon.

Une certaine logistique devrait tout de même être mise en place.«Faut aussi considéré que le trafic commercial du port et le trafic entre autre du service de traversier c’est incompatible, alors à ce moment-là il faut comprendre quand même qu’il faut qu’il y ait des accès planifiés,» ajoute le conseiller.

D’autres contraintes persisteront aussi, même si Québec assure vouloir développer ce port, dont il est propriétaire depuis le printemps. «L’installation est soumise aux règles fédérales autant au niveau du transport maritime. Alors ce sont les règles fédérales, c’est le fédéral qui aura toujours un mot à dire au niveau des projets actuels qui pourraient se développer à Gros Cacouna.»

Alors que la municipalité de Cacouna vient d’appuyer la demande de déménagement du club nautique de Rivière-du-Loup au Port de Gros Cacouna, Bruno Gagnon estime qu’une cohabitation avec une éventuelle traverse pourrait s’avérer compliqué : «On peut bien dire oui oui oui, mais il y a quand même des éléments à considérer parce qu’ici le port de Gros Cacouna est reconnu comme un port pour faire de l’import, ce qui veut dire qu’on ne peut plus entrer au port de mer comme à une certaine époque.»

Bruno Gagnon affirme qu’une traverse à Cacouna n’est pas pour demain. «Je serais surpris, et il faudrait qu’ils me convainquent du bien-fondé de cette décision là parce qu’il y a des coûts énormes d’une part et le niveau de rentabilité ne sera pas forcément là,» assure l’ancien vice-président de la commission régionale du Port de Gros-Cacouna.

Le conseiller maritime incite les élus à se manifester maintenant, avant que Québec fixe l’avenir de la traverse.