Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le ton monte lors du débat des candidats dans Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

Publié le 14 septembre 2021 à 09:57, modifié le 15 septembre 2021 à 09:41

Par: Guillaume Cotnoir Lacroix

Les candidats des quatre principaux partis dans la circonscription de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup étaient réunis à l’hôtel Universel, mardi matin, pour le débat de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup.

Le conservateur Bernard Généreux, le libéral François Lapointe, le bloquiste Simon Bérubé et le néodémocrate ont répondu aux questions sur les dossiers économiques régionaux économiques, l’attractivité et la rétention et sur d’autres enjeux importants dans la circonscription.

Dossiers régionaux économiques prioritaires

Le modérateur du débat a demandé à chaque candidat de commenter la gestion de la pandémie par les libéraux. François Lapointe a répondu que le gouvernement libéral n’avait laissé tomber personne, et a aussi avoué que le gouvernement aurait pu mieux présenter les vaccins, alors que de nombreux récalcitrants refusent toujours d’être inoculés.

Sean English, du NPD a lui salué les aides d’urgence développées, mais a décrié que les travailleurs autonomes et les aînés, entre autres, avaient été oubliés. Le bloquiste Simon Bérubé a également souligné l’importance de l’aide d’urgence, mais a aussi dit que cette aide était devenue une nuisance pour les entreprises et leur recrutement.

Le député sortant Bernard Généreux a parlé de bons coups pour la subvention salariale d’urgence et la rapidité de réaction du gouvernement, mais a argué que des aînés étaient maintenant frustrés que des étudiants soient toujours payés pour rester à la maison, en raison de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE).

Une entrepreneure de la région a ensuite demandé aux quatre candidats de se prononcer sur l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon. Tous ont dit avoir un préjugé favorable pour un maintien à Rivière-du-Loup. Le candidat libéral François Lapointe a ajouté qu’il allait se ranger du côté du consensus régional.

Main d’oeuvre

Les candidats ont été invités à proposer des solutions pour contrer la pénurie de main-d’œuvre, qui frappe la région de plein fouet. 

Bernard Généreux a dit vouloir « réduire la paperasse au niveau de l’immigration » et souhaite permettre aux entreprises d’échanger des travailleurs étrangers. Simon Bérubé, du bloc, propose des crédits d’impôt aux nouveaux diplômés et la suspension de la PCRE, tandis que Sean English aimerait offrir de meilleures conditions aux travailleurs, comme des assurances dentaires, en plus de nouveaux investissements en logement pour accueillir les travailleurs. François Lapointe veut lui aussi faciliter la venue de travailleurs étrangers temporaires et offrir un crédit d’impôt aux aînés qui vont rester au travail.

Le débat s’est animé alors qu’il était question du plan des conservateurs, qui souhaitent créer 1 million de nouveaux emplois. « Je ne comprends pas comment le chef de monsieur le député sortant peut promettre 1 million d’emplois, alors qu’on manque déjà de main-d’œuvre », a fustigé Simon Bérubé, avant que François Lapointe en ajoute. « Il faut surtout que les 800 000 postes (vacants) qui sont là soient couverts. On ne peut pas jeter 1 million (de postes) par-dessus ça l’an prochain. Ça ne marchera pas, Bernard », a-t-il lancé.

Bernard Généreux a notamment répliqué que la pénurie de main-d’œuvre représentait un défi pour les entrepreneurs. « Depuis 2009, ç’a pris toute une période pour être capable de récupérer les emplois, et je pense qu’on peut créer des emplois, contrairement à ce que M. Bérubé dit », a-t-il dit.

Attractivité et rétention

La venue de travailleurs étrangers temporaires et le réseau cellulaire déficient dans certains secteurs a fait partie des sujets abordés dans le segment sur l’attractivité et la rétention.

Le Bloc souhaite rapatrier les pouvoirs en immigration au Québec, pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. Le parti propose aussi un crédit d’impôt pour les travailleurs étrangers et des actions concertées entre les nouveaux travailleurs et les employeurs.

Sean English a dit vouloir s’attaquer à la demande urgente en logement social. « On ne peut même pas loger nos travailleurs ici », a-t-il argué, ajoutant vouloir parler de précarité de revenus.

Bernard Généreux a dit être d’accord avec le candidat bloquiste sur ses idées concernant les travailleurs étrangers, mais n’a pas manqué de lancer une flèche au Bloc par la suite. « Il peut le proposer, moi je peux agir », a-t-il dit.

François Lapointe a conclu cette ronde en avouant que les demandes pour faire venir des travailleurs étrangers se devaient d’être traitées plus rapidement. Il souhaite aussi qu’une entreprise qui embauche les mêmes travailleurs chaque année n’ait plus à remplir des demandes annuellement.

Les candidats ont ensuite été appelés à présenter leurs solutions sur le réseau cellulaire et tous se sont dits conscients de l’importance d’agir dans ce dossier.

Le ton monte sur les garderies

Le ton a monté de nouveau lors d’une ronde de débat qui a amené les candidats sur le sujet des garderies, alors que Bernard Généreux a de nouveau dû défendre les idées de son parti devant un candidat bloquiste et un candidat libéral insistants.

François Lapointe et Simon Bérubé ont fustigé le plan des conservateurs, qui souhaitent annuler une entente de 6 milliards de dollars entre Québec et le gouvernement fédéral pour la création de places en garderie. « Ce transfert est plus que nécessaire », a notamment attaqué le candidat bloquiste. Bernard Généreux s’est défendu en rappelant que l’objectif des conservateurs était de mettre de l’argent dans les poches des Québécois, grâce à un crédit d’impôt aux familles, ce qui n’a pas satisfait les autres candidats.

Bernard Généreux a aussi annoncé que son chef, Erin O’Toole, avait indiqué mardi matin au gouvernement du Québec qu’il allouerait un montant pour les garderies de la province, en plus des allocations promises aux familles.

Autres enjeux

Les quatre candidats ont été invités à présenter leur priorité, s’ils étaient élus. Simon Bérubé a rapidement évoqué l’environnement, tout comme Sean English, du NPD. François Lapointe a lui ciblé la couverture cellulaire, tandis que Bernard Généreux a parlé de création d’emplois, et d’aide aux entreprises.

Les candidats se sont tous prononcés en faveur de la poursuite des activités de la SÉMER, lorsqu’une autre personnalité d’affaires a demandé aux candidats de se prendre position.