Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le quai de Percé complété le 21 septembre

Publié le 14 septembre 2020 à 17:49, modifié le 15 septembre 2020 à 17:41

Par: Louis-Philippe Arsenault

Les travaux au quai de Percé devraient être exécutés lundi prochain. Alors que la livraison du projet était prévue au départ pour la fin du mois de juin. La pandémie a causé du retard dans la mise aux normes de l’infrastructure évaluée à 6,4 millions de dollars.

Le nouveau quai de Percé sera complété pour le 21 septembre. Après cette date, seul l’aménagement de bancs et de lumières restera à faire pour passer aux mains du provincial. Toutefois, les entreprises de croisières habituées d’accoster à Percé devront terminer leur saison au quai de L’Anse-à-Beaufils, l’a où ils opèrent leurs activités depuis le début de l’été. L’une de ces entreprises, Les bateliers de Percé nous a mentionné avoir été soulagés de pouvoir procéder à leurs opérations cet été malgré la pandémie et le retard des travaux. Du côté des croisières Julien Cloutier, le propriétaire a avoué trouver la saison très difficile. Les entreprises de croisières doivent offrir un service de navette du quai au centre du village ou jusqu’à un stationnement aménagé pour les clients. Ça représente bien sûr un coût, de la main-d’œuvre et du temps. Malgré tout, les clients étaient en bonne partie au rendez-vous pour profiter des excursions. « J’ai eu des échos de la Sépaq, donc l’achalandage à l’île Bonaventure qui s’est super bien passée, franchement je pense qu’on a été très chanceux on a eu une belle saison, une belle saison au niveau température, mais aussi au niveau de l’achalandage », souligne Cathy Poirier, la mairesse de Percé.

Des commerçants situés aux abords du quai de Percé qui ont préféré garder l’anonymat pour ne pas subir de représailles ont mentionné à CHAU que leur chiffre d’affaires avait diminué drastiquement cet été. Bien que les rues de Percé aient été particulièrement achalandées ces derniers mois, peu de clients osaient s’aventurer dans le chemin en chantier menant à leur boutique.