Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le Parc Atlas cherche «encore» un promoteur

Publié le 30 juillet 2020 à 16:18, modifié le 30 juillet 2020 à 16:18

Par: Antoine Pelland-Ratté

Fermé depuis maintenant un an et demi, le Parc Atlas à Pointe-Verte est toujours à la recherche d’un promoteur. Le maire de la municipalité croit que le site a le potentiel de devenir très rentable pour sa région, où la population déserte vers les grands centres.

«Polyvalence». C’est le terme parfait pour décrire le Parc Atlas pendant ses 30 ans d’ouverture. On pouvait y faire de la pêche, du pédalo, de la plongée sous-marine, de la randonnée, du ski de fond et plus encore. Le site a même connu de nombreuses fêtes, comme des mariages. Mais que s’est-il passé ?

«C’est que la perte d’achalandage est due réellement au non-développement du site. Les gens, après qu’ils soient revenus à quelques reprises, si tu n’as pas d’activités nouvelles qui les attirent, ils ne reviennent plus», explique le maire de Pointe-Verte, Normand Doiron. «Le développement n’a pas été fait parce que ce n’est pas une priorité des municipalités de faire du développement récréotouristique.»

La perte d’achalandage est aussi liée à la diminution de la population à Pointe-Verte, selon le maire.

«La municipalité de Pointe-Verte a perdu peut-être quelque 400 habitants en 25 ou 30 ans. Et les jeunes ont été éduqués, ils sont allés à l’université et ils ne sont pas revenus», ajoute-t-il.

L’ancien directeur général de la municipalité, Donald Hammond, croit que le site a un fort potentiel. «Je pense qu’il y a toujours la fonction «activités récréatives» et touristiques qui est toujours possible. […] Si j’étais un investisseur intéressé à ce terrain-là, je regarderais aussi l’option de pouvoir développer des chalets. […] Il y a toujours du potentiel, je pense, avec la plongée sous-marine.»

La municipalité n’avait pas prévu que la recherche d’un promoteur dure aussi longtemps. «Maintenant, ça fait déjà un an et demi qu’on cherche des partenaires pour développer le site. Jusqu’à maintenant, on a eu des propositions, mais pas acceptables au niveau de la municipalité», lance le maire.

En étant optimiste, il croit que le Parc Atlas pourrait être vendu à un particulier dans les deux prochaines années malgré la COVID-19.