Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le nouveau chef libéral de passage au Madawaska

Publié le 2 août 2019 à 14:06, modifié le 2 août 2019 à 14:41

Par: Jacob Cassidy

Le nouveau chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick était de passage au Madawaska hier. Kevin Vickers effectue depuis plusieurs mois la tournée de la province pour aller à la rencontre des électeurs.

Kevin Vickers est nouveau dans le monde de la politique. Le chef libéral profite de l’été pour rencontrer les électeurs. «Depuis le 24 avril, j’ai fait 20 000 kilomètres en voyageant partout au Nouveau-Brunswick», relate-t-il.

Même s’il est peu connu comme politicien, sa réputation le précède. «Lorsqu’il y avait eu les incidents au parlement, c’était lui le sergent d’armes à ce moment-là. Il a aussi été ambassadeur. Les gens le voient comme un héros national», rapporte le député d’Edmundston-Madawaska-Centre, Jean-Claude D’Amours.

Au fil de sa tournée, il constate qu’encore une fois le manque de main-d’œuvre est sur toutes les lèvres. «Nous avons beaucoup de gens qui sont partis de notre province qui travaillent maintenant en Ontario ou en Alberta. Vraiment ce dont nous avons besoin c’est de leur présence ici au Nouveau-Brunswick», affirme M. Vickers.

Dans un contexte de gouvernement minoritaire, Vickers se dit prêt pour un déclenchement hâtif d’élections. «Nous sommes prêts pour une élection, j’ai tout à fait confiance en l’équipe que j’ai», assure-t-il.

Ses politiques pourraient se baser sur celles de l’Irlande où il a été affecté quelques années. «Ils ont réduit les taxes corporatives et les taxes pour les petites entreprises afin d’attirer les compagnies de l’extérieur», propose le chef libéral.

L’économie sera, pour lui, une priorité lors de la rentrée parlementaire. «C’est facile de faire des coupures, mais jamais sur le dos des gens qui sont vulnérables, des gens qui sont pauvres et ça me fâchent un peu», commente-t-il.

Pour le moment, Kevin Vickers n’a pas de siège à l’Assemblée législative. Il pourrait tenter d’y faire son entrée si une élection partielle était déclenchée.