Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le mentorat d’affaires au service des entrepreneurs de Charlevoix

Publié le 10 octobre 2019 à 13:20, modifié le 10 octobre 2019 à 13:22

Par: Eve Beauregard

Charlevoix tente par tous les moyens de diversifier son économie. L’une des façons est de soutenir l’entrepreneuriat. L’organisme SAGE mentorat d’affaires permet aux jeunes entrepreneurs d’être jumelés à des mentors, qui leur offre du soutien durant leur parcours.

L’organisme SAGE Mentorat d’affaires tente de se faire connaître dans Charlevoix. Six mentors sont à la disposition de la relève. « C’est pour recruter des mentors, des mentorés, pour faire connaître le service, faire connaître le service de développement économique de la région de la Capitale-Nationale ainsi que celle de la région de Charlevoix », explique la directrice générale de SAGE Mentorat d’affaires, Lyne Lévesque.

Charlevoix était la dernière région au Québec à ne pas avoir de service de mentorat. Depuis cette année, l’organisme travaille à créer une cellule pour la région. « Je travaille avec les deux MRC, le MEI est avec nous autres, le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Desjardins. On travaille tous ensemble pour offrir du mentorat pour s’assurer que nos jeunes entrepreneurs puissent passer le cap des cinq ans », continue-t-elle.

Avec l’appui de mentors, 70% des entreprises réussissent à atteindre cet objectif. Pour les entrepreneurs d’expérience, c’est une façon de redonner à la communauté d’affaires. « Arrivés à un certain âge dans notre vie, tous les entrepreneurs on a envie de transmettre au suivant, on ne veut pas amener ça dans notre tombe. On a quelque chose qui est difficile à palper, mais qu’il faut transmettre à la communauté », a affirmé le mentor Jo Lanoë.

Les nombreux entrepreneurs présents à une activité mercredi soir ont démontré de l’intérêt à s’inscrire comme mentoré. « Je trouve tout le temps ça intéressant de pouvoir rencontrer des gens qui nous permettent de nous sortir un petit peu la tête de notre entreprise et prendre un peu plus d’objectivité et de nous faire voir des trucs qu’on ne peut pas voir quand on est toujours collé à notre réalité d’entrepreneur », se réjouit le propriétaire de Héli-Charlevoix, Benoît Provencher. « Tous les jeunes entrepreneurs ont besoin d’un expert aguerri à côté de lui qui peut le diriger, l’aider à se positionner, à réfléchir, briser l’isolement aussi en tant qu’entrepreneurs », a dit Lyne Lévesque.

L’objectif ultime est de soutenir le développement économique et de permettre la création de nouveaux emplois.