Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Le marché de l’immobilier est en feu au KRTB et dans Charlevoix

Publié le 16 octobre 2020 à 18:17, modifié le 16 octobre 2020 à 18:18

Par: Raphael Brouillette

Les ventes résidentielles dans nos régions ont explosé dans les derniers mois. Selon les données du troisième trimestre publiées par l’association professionnelle des courtiers immobiliers, certaines MRC ont vu les ventes de maisons doubler.

Peu importe l’endroit, la hausse est marquée par rapport à 2019. Entre juillet et septembre, il s’est vendu 50% plus de propriétés dans la MRC de Rivière-du-Loup avec 108.  Et ce, malgré une baisse des nouvelles inscriptions puisqu’il y a eu 33% moins de maisons sur le marché. Le Kamouraska n’est pas en reste, puisque 43 propriétés ont trouvé preneur. Ce qui constitue une hausse de 54%. Encore là, le nombre d’inscriptions a diminué.

« Il y a eu énormément de gens de l’extérieur. Des gens de Québec, des gens de Montréal qui viennent s’établir par ici. Qui a acheté des propriétés par ici. Et il y en a encore sur le marché actuellement. » Renaud Pelletier, Immeubles GLMC

Le bond est plus spectaculaire pour le Témiscouata qui a doublé son total de ventes passant de 13 à 27. La MRC des Basques fait encore mieux avec 280% (19 contre 5). L’attrait des propriétés sur le bord des cours d’eau est plus élevé que jamais.

« Les propriétés sur le bord des lacs comme Pohénégamook, Lac Témiscouata, St-Mathieu, dans les dernières années il n’y avait pas eu un gros marché dans ce type de propriétés là. Mais cette année, elles ont toutes été vendues. Le marché est excellent. »

Charlevoix va très bien aussi avec 175% d’augmentation (146 contre 53).  Le total des transactions est passé de 9.6 millions  à 35 millions de dollars.

Le directeur analyse du marché de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec n’est pas surpris de l’engouement envers Charlevoix.

« La plupart du temps ce sont des gens qui cherchent à trouver un endroit où ils pourront passer leurs vacances parce que les projets de vacances sont un petit peu compromis en raison de la pandémie. Ils se tournent vers les endroits de villégiature. » – Charles Brant

Si tout va bien, la hausse devrait se poursuivre jusqu’à l’été prochain. Une surprise pour l’industrie qui s’attendait à une reprise à partir d’octobre.

 « C’est un rattrapage qui est soutenu par une amélioration inattendue des conditions financières de nombreux ménages québécois. » Charles Brant

Les courtiers sont toutefois prudents. Une autre secousse économique pourrait refroidir l’ardeur des nouveaux acheteurs.