Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Lamèque: Une cérémonie pour honorer les victimes d’un accident

Publié le 4 octobre 2019 à 12:26, modifié le 4 octobre 2019 à 15:51

Par: Maïka Lammequin

La communauté de Lamèque a rendu hommage, jeudi soir, aux trois femmes qui ont perdu la vie, mercredi, dans un accident de voiture, sur la route 11 près de Bathurst, au Nouveau Brunswick.

C’est sous les prières et les chants que la communauté de Lamèque a honoré la vie des trois femmes qui sont décédées tragiquement. Sœur Gisèle Turgeon, 88 ans, sœur Annette Haché, 75 ans et Régine Beaudin, 64 ans étaient très impliquées dans la communauté chrétienne. Il s’agit d’une grande perte pour ceux qui les côtoyaient.

« Il y a sœur Turgeon , ça fait longtemps qu’elle est ici, puis elle a enseigné et tout ça, moi souvent, j’allais travailler au couvent, puis oui, on la connaissait beaucoup », raconte une membre de la communauté chrétienne de Saint-Raphaël, Dolorès Larocque.

L’ancien curé de l’église de Lamèque souligne lui aussi l’implication de la religieuse.

« Elle est québécoise de souche, mais elle était quand même très implantée ici, alors était une femme extraordinaire qui a donné beaucoup pour la communauté. De la voir partir aussi tragiquement, ça touche beaucoup de monde. Et Sœur Annette était une femme de musique, qui a enseigné, et voilà qu’elle part comme ça, une acadienne », dit le curé de Caraquet, père Patrick McGraw.

Les trois femmes sont mortes alors qu’elles prenaient place dans une fourgonnette qui est entrée en collision avec un camion-remorque. Elles revenaient tout juste d’une célébration à Bathurst.

« Les religieuses sont parties pleine de joie et d’espérance, puis elles m’ont dit quelle belle célébration, quel beau moment qu’on a passé ensemble. Puis ensuite, à minuit, je reçois un coup de téléphone me disant le terrible accident », partage l’évêque du diocèse de Bathurst, Mgr Daniel Jodoin.

La cérémonie spéciale de jeudi soir aura rassemblé toute une communauté pour célébrer la vie des femmes défuntes.

« Venir en masse pour célébrer, ça me donne le sentiment que nous sommes ensemble et que nous sommes unis comme une famille dans l’Église de Jésus-Christ », précise le curé de l’église de Lamèque, père Anthony Chukwuemeka Onwubuariri.

Alors que la communauté chrétienne de la paroisse se réunissait jeudi soir, les funérailles des victimes auront lieu au courant des prochains jours à l’Église de Lamèque.