Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Lac-Baker: trois candidats se feront la lutte à la mairie le 25 mai

Publié le 5 mai 2021 à 16:09, modifié le 5 mai 2021 à 16:09

Par: Gilles Duval

À Lac-Baker au Nord-Ouest du Nouveau-Brunswick, l’élection municipale du 25 mai suscite de l’intérêt. Deux adversaires feront la lutte au maire sortant dans ce village où 550 personnes sont admissibles à voter.

Le maire sortant, Louis Chouinard, vient de compléter un mandat de cinq ans. Il a apprécié son expérience et veut continuer à occuper la fonction.

«J’ai pas rencontré personne qui m’a dit que je devrais déballer. On me dit tous, tu fais un bon travail, continue Louis», a dit M. Chouinard.

Le Village de Lac-Baker est en bonne santé financière et a réussi à augmenter sa population au cours des dernières années.

«Financièrement, on est très bons. Notre dette a baissé depuis qu’on est entré ici; le taux de taxation est resté le même», a ajouté M. Chouinard.

Natif du Burundi en Afrique, Richard Barahoga, dit que la population est due pour un changement.

«Mon engagement est d’aller chercher tout ce qui nous revient et de promouvoir les commerces, l’agriculture et le tourisme. Maintenant c’est au Lac-Baker de se réinventer», a-t-il mentionné.

Dans son discours, on dénote un mécontentement envers l’administration municipale actuelle.

«La municipalité de Lac-Baker est oubliée; nous ne sommes pas du tout servis quand ça arrive aux programmes de développement dans notre région», a poursuivi M. Barahoga.

Revenue ans son patelin après une carrière comme fonctionnaire provinciale à Fredericton, Roseline Pelletier, a été mairesse de cette localité dans les années 80 alors qu’elle était aux études universitaires.

«C’est une question de confiance parce qu’il y a une bonne partie de la population qui me connaisse et savent que lorsque je m’engage dans quelque chose, j’y vais avec toutes mes capacités, connaissances et expériences», a-t-elle souligné.

Elle entend mettre la population à profit en organisant des rencontres régulières avec les citoyens.

«L’idée que j’ai, c’est que la population détermine quel genre de projets qu’ils veulent qu’on développe comme conseil municipal et nous disent ce qu’ils veulent pour les 10, 15, 20, 30 prochaines années», a laissé entendre Mme Pelletier.

La réforme municipale envisagée au Nouveau-Brunswick sera un dossier important pour le Village de Lac-Baker, tout dépendant des intentions de ce que proposera le gouvernement provincial.