Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La voie ferrée encore bloquée à Listuguj

Publié le 27 octobre 2020 à 09:42, modifié le 27 octobre 2020 à 16:38

Par: Kevin Doyle

Des membres de la nation micmaque de Listuguj occupaient la voie ferrée, hier. Leur but était d’appuyer des pêcheurs autochtones en Nouvelle-Écosse et de dénoncer un nouveau conflit en Ontario.

La situation est revenue à la normale alors qu’aucun manifestant n’a été aperçu aujourd’hui. On peut sentir un certain soulagement du côté du président de la société du chemin de fer de la Gaspésie, alors qu’un blocus prolongé aurait pu engendrer des pertes considérables.

« Hier le trafic était passé avant, donc on est bien heureux de la situation que ça n’engendrera pas de retard sur nos transports parce qu’il en va d’un enjeu de fiabilité justement avec nos clients », affirme le président de la société du chemin de fer de la Gaspésie, Éric Dubé.

Le chef de Listuguj n’était pas disponible pour une entrevue, mais la communication avec la Société du chemin de fer de la Gaspésie se passe bien, selon monsieur Dubé.

«  On a une bonne relation avec le chef, on comprend que quand ça ne vient pas d’eux autres ils n’y peuvent rien, c’est pour ça qu’on ne reproche rien au conseil de bande dans cette situation-là, on comprend les enjeux »

Le président de la société comprend la nécessité de manifester, mais aime toujours avoir un point d’ancrage avec un porte-parole pour pouvoir relayer l’information au ministère.

« Il faut se rappeler que le chemin de fer ne nous appartient pas, on a juste le droit d’opérer dessus. C’est un peu comme la 132, ça appartient au Ministère des Transports. Nous on doit faire cheminer l’information aux autorités concernées, donc on envoie ça au Ministère des Transports et eux ils prennent le relais »

La grève du Canadien National en 2019, le blocus en appui aux Wet’suwet’en cet hiver et la pandémie au printemps sont venus fragiliser l’entreprise avec des pertes d’un demi-million de dollars.

« L’avantage qu’on a c’est que notre année financière se terminant au mois de mars, on a été capable de mettre en place des mesures pour être capable de redresser la situation. On a aménagé nos opérations d’été, de travaux, de mise à niveau, on a tenu compte de l’état budgétaire qu’on avait », conclut monsieur Dubé.

La société du chemin de fer de la Gaspésie confirme le départ d’un convoi plus tôt cet après-midi et que le tout chemine normalement.

Avec les informations du Journal de Québec