Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La traverse de Rivière-du-Loup divise

Publié le 9 août 2021 à 18:13, modifié le 10 août 2021 à 14:42

Par: Antoine Pelland-Ratté

Le possible déménagement de la traverse de Rivière-du-Loup au port de Cacouna continue de faire des vagues.  Le problème du dragage, qui persiste depuis des années, est de nouveau dénoncé.

Depuis 2016, le gouvernement fédéral interdit de faire du dragage dans le secteur de Rivière-du-Loup du début avril au début octobre. Mais pour le député Bernard Généreux, ce n’est pas une bonne raison pour déplacer la traverse à Cacouna.

« Ça pourrait avoir des impacts extrêmement dévastateurs pour Rivière-du-Loup. Il faut trouver une solution. Économiquement parlant, ça a des impacts depuis des dizaines et des dizaines d’années. Il ne faut pas le perdre pour Rivière-du-Loup », lance-t-il.

Le député de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup espère s’entendre avec la ministre des Pêches et Océans pour permettre le dragage à la marina et près du quai. Toutefois, il dit n’avoir reçu aucune réponse pour l’instant.

« Les investissements nécessaires pour faire la traverse de Rivière-du-Loup […] demanderait des investissements majeurs à Cacouna », ajoute-t-il.

Mais pour le Club nautique de Rivière-du-Loup, le déménagement de la traverse pourrait avoir du bon.

« Si on prend Cacouna, le problème d’eau et le problème de vase n’existent pas vraiment. S’il y en a un, le dragage est beaucoup moins fréquent », explique le président du club, Dany Tremblay.

Il est « presque » convaincu que la STQ transfèrera le service à Cacouna, si bien qu’il a mis en place un comité …

« Oui et le Comité Cacouna travaille pour créer des liens pour connaitre les possibilités d’un éventuel déplacement vers Cacouna. Donc ils font ça avec les autorités municipales du village de Cacouna. »

Un usager régulier de la marina de Rivière-du-Loup, Tommy Clément, atteste que sans dragage, la circulation est difficile.

« La première thématique c’est la bouette. On a de la misère de plus en plus avec les années », dit-il.

Les conclusions de l’étude de la STQ devraient être connues au printemps 2022.