Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La SQDC se joint à Grande-Rivière

Publié le 11 juillet 2019 à 14:44, modifié le 12 juillet 2019 à 11:13

Par: Etienne Malouin

La ville de Grande-Rivière a été choisie cette semaine comme premier emplacement gaspésien d’une succursale de la Société québécoise du cannabis. Le maire Gino Cyr se dit heureux du dénouement d’un travail exigeant pour attirer la société d’État. Décision qui selon lui, ne sera que bénéfique pour la ville.

C’est le 17 octobre dernier que la Société québécoise du cannabis est entrée en opération. Au total, 16 succursales ont vu le jour depuis. Toutefois, jusqu’à tout récemment, la SQDC était absente sur l’ensemble du territoire gaspésien.

C’est maintenant chose du passé, puisqu’il a été annoncé cette semaine que Grande-Rivière deviendra la toute première ville gaspésienne à héberger un local de la SQDC. Au moins six villes gaspésiennes avaient démontré de l’intérêt pour le projet.

Le maire de Grande-Rivière, qui dit avoir travaillé fort afin de voir sa municipalité choisie par le gouvernement du Québec, envisage déjà des retombées économiques importantes.

« Je considère qu’une SQDC, le fait qu’elle soit à Grande-Rivière et que c’est la seule. Ça va être un produit d’appel, d’attraction. Ça va amener des gens à Grande-Rivière et peut-être des gens qui ne sont jamais venus à Grande-Rivière  », mentionne le maire, Gino Cyr.

Pour lui, il a également été complexe de trouver un emplacement répondant aux exigences de la société d’État.

« Au sein de la municipalité, ils nous ont montré un peu le cadrage. Il y a des secteurs qui sont en rouge. C’est ce qui délimite tout ce qui concerne au niveau-école primaire, secondaire et collégiale  », a précisé le maire.

Et ce local, il sera situé en plein centre-ville. Prenant la place d’un magasin de meubles présent depuis plus de 60 ans. Les propriétaires du commerce se disent heureux du dénouement.

« Moi je n’ai rien contre ça, Richard non plus. C’est un plus pour la place. C’est comme autre chose. Installé ici ou ailleurs, ils s’installaient pareils », explique Diane Bourget, copropriétaire de Bourget Électriques meubles.

Mais qui dit centre-ville, dit voisin à proximité. Cependant, des citoyens se situant parallèlement à la future boutique ne semblent pas trop inquiets.

« Non parce que finalement c’est un commerce qui est rendu légal. Ça m’inquiétait avant que ce soit légal », indique une citoyenne rencontrée.

Maintenant que l’emplacement du local est officialisé, la SQDC débutera les travaux de rénovation en octobre prochain. La toute première succursale gaspésienne devrait ouvrir ses portes à la fin novembre.