Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La SAGÎM reçoit un don de 100 000 $

Publié le 30 janvier 2020 à 16:55, modifié le 30 janvier 2020 à 16:55

Par: Louis Laflamme

La Société Alzheimer de la Gaspésie et des Îles (SAGÎM) dresse un bilan positif de la première année d’existence de son fond de dotation. La SAGÎM a aussi profité de l’occasion pour annoncer l’arrivée d’un nouveau don. Un coup de pouce de 100 000 $.

Ce 100 000 $ s’en va directement dans le fonds de dotation de la Société Alzheimer. Ce qui porte le montant de ce fonds à 132 000 $. « Le fonds de dotation, lui, il va servir pour les prochaines années. On va récolter les intérêts avec l’argent qui va être déposé dans le fonds à partir de la fondation communautaire Gaspésie – Les Îles », explique le directeur de la SAGÎM, Bernard Babin.

Les revenus générés par le fonds de dotation vont servir à « préparer l’avenir » de la SAGÎM. Et à en constater les données en lien avec cette vicieuse maladie qu’est l’Alzheimer, la SAGÎM devrait avoir du pain sur la planche dans le futur. À l’heure actuelle, 2100 personnes sont atteintes de la maladie en Gaspésie et aux Îles. Les prévisions démontrent que ce nombre devrait doubler d’ici cinq ans.

La mission de la SAGÎM est d’accompagner, informer et supporter les personnes malades et leurs proches, en leur offrant, entre autres, des périodes de répits. C’est d’ailleurs dans le développement de ce service que seront investies les recettes provenant du fonds, spécifiquement dans la Baie-des-Chaleurs.

Le don de 100 000 $ est une gracieuseté de Service Secours Baie-des-Chaleurs. Cet organisme à but non lucratif, qui offre des services d’ambulances dans la région, a comme mandat de redonner ses surplus dans la collectivité. La présidente du conseil d’administration de Service Secours Baie-des-Chaleurs, Liette Babin, mentionne que la valeur de ces dons se compte en millions de dollars par année.

« On a tous quelqu’un dans notre entourage qui est aux prises avec cette fameuse maladie. Moi, je trouve que c’est comme mourir à petit feu. Ça vient chercher le patient, mais les proches aidants aussi », soutient-elle.

Liette Babin affirme qu’elle garde la porte grande ouverte pour refaire un tel don à la SAGÎM l’an prochain.