Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La route des Sauvages vandalisée

Publié le 14 février 2021 à 12:32, modifié le 14 février 2021 à 12:32

Par: Marie-Michelle Martel

Depuis quelques mois, la signalisation de la route des Sauvages, à la hauteur de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup, a fait l’objet d’actes de vandalisme à plusieurs reprises. Ces actes répréhensibles sont perpétrés par des individus opposés à la toponymie de cette route.

Les maires des trois municipalités se trouvant sur le tracé de la route ainsi que le Grand Chef de la Première Nation Wolastoqiyik (Malécite) Wahsipekuk se sont rencontrés virtuellement pour faire le point sur la situation. Tous s’entendent pour dénoncer les actes de vandalisme. Yvon Caron, maire de Saint-François-Xavier-de-Viger, estime que le procédé employé par les vandales n’est pas très respectueux envers les communautés concernées. « Il me semble que ce n’est pas une façon de faire entendre son point de vue. »

Selon le maire de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup, Gilles Couture, « aucune demande n’a été faite à la Municipalité lui demandant de changer ce nom ». Même son de cloche du côté des autres municipalités impliquées. Du côté de la Première Nation, on déplore que la Nation n’ait pas été interpellée par ces individus qui se prétendent défenseurs des droits des autochtones sur son territoire ancestral. « Ce que j’en comprends, c’est que des individus ont posé ces gestes en notre nom, sans nous consulter et c’est regrettable. Nous n’endossons pas cette façon de faire », précise le Grand Chef Jacques Tremblay.

Les maires et le Grand Chef ont convenu de discuter de l’avenir de la toponymie de cette route dont le caractère historique est important pour la Première Nation. « Nos ancêtres empruntaient ce chemin avant l’époque seigneuriale. Plus tard, la réserve de Viger a été établie aux abords de cette route », mentionne Jacques Tremblay.

Pour le maire de Saint-Épiphane, il est trop tôt pour dire si la route changera de nom. « C’est un processus qui peut prendre du temps et il faut tenir compte de l’intérêt de nos citoyens. Nous allons travailler avec la Première Nation et les autres municipalités pour déterminer la meilleure option pour nos communautés », explique Rénald Côté, maire de Saint-Épiphane.

Le maire de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup tient à rappeler que son conseil municipal est à l’écoute. «J’invite toute personne désirant porter une situation qui mériterait une réflexion ou un changement à notre attention à communiquer avec les autorités municipales », conclut M. Couture.