Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La pénurie de logement s’invite dans la campagne municipale à Trois-Pistoles

Publié le 6 octobre 2021 à 16:23, modifié le 6 octobre 2021 à 17:10

Par: Cimon Charest

Qui remplacera Jean-Pierre-Rioux? Yves Lauzier et Philippe Guilbert se sentent près à relever le défi, à un mois et un jour du scrutin.

Les deux candidats ont des raisons biens différentes pourquoi ils se lancent en politique.

« C’est une étape de ma vie où je suis rendu. Je vais apport quelque chose à ma ville. Depuis 54 ans je suis ici », explique le candidat Yves Lauzier.

« Il y avait beaucoup de petites choses que pour moi c’était important d’améliorer », ajoute pour sa part le candidat Philippe Guilbert.

Le premier est un homme d’affaire, le second a œuvré dans différents milieux, dont le communautaire. Les deux hommes ont des idées bien différentes de l’avenir de la Ville.

« Les gens ont peut-être de la difficulté de communiquer avec la Ville. Je pense qu’il manque une espèce de proximité, un canal de communication », lance Philippe Guilbert.

« Moi c’est le développement économique. L’hébergement, la vie sportive, les infrastructures, les restauration des routes », nuance son adversaire.

Mais les deux hommes s’entendent sur plusieurs enjeux que fait face Trois-Pistoles, dont le manque de logement

« La Ville va agir comme facilitateur avec les promoteurs qui sont intéressés à bâtir des logements ici parce qu’on en a vraiment besoin », promet M. Lauzier s’il est élu le 7 novembre

« Il y a du travail à faire aussi sur la qualité des logements, la quantité de logement qui jouent sur le prix aussi », ajoute M. Guilbert.

La pénurie de logement au cœur de la campagne

La pénurie de logement continue de faire rage. L’office municipal de l’habitation nous confirmait qu’il ne reste qu’un seul HLM à louer pour le mois d’octobre.

« Mon logement je ne le lâcherai pas. Parce que je sais que le coût des logements a augmenté », déclare François Pelletier, un locataire, même s’il admet que son appartement a quelques problèmes.

Certains demandent même à l’office municipal d’habitation des HLM, même s’ils ont des revenus élevés. Il n’y a tout simplement pas assez logement disponible pour tous.

Les deux candidats promettent qu’ils feront de cet enjeu une priorité s’ils sont élus le mois prochain.