Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La folie du roundnet bien imprégnée à Rivière-du-Loup

Publié le 12 juillet 2019 à 18:19, modifié le 12 juillet 2019 à 18:20

Par: Vincent Lanoie

Un nouveau sport est de plus en plus populaire à Rivière-du-Loup depuis près d’un an. Il s’agit du roundnet, communément appelé le Spikeball, une discipline dont l’effervescence se fait sentir aux États-Unis dans les dernières années. Pour un 2e été, une ligue extérieure de roundnet se tient à tous les jeudis soir au Parc-du-Campus-et-de-la-Cité.

Le roundnet est un sport simple qui demande très peu d’équipements et qui se joue pratiquement n’importe où. On peut y jouer sur le gazon, sur la plage et même l’hiver dans la neige. Tout ce qu’il faut, c’est un ensemble comprenant un filet trampoline et une balle rebondissante. Seulement quelques échanges sont nécessaires avant de comprendre le fonctionnement de ce jeu réputé pour être facile à apprendre.

«C’est deux joueurs contre deux joueurs, il y a trois échanges de chaque côté pour ramener la balle à l’adversaire comme au volleyball sauf qu’au volleyball on envoie le ballon par-dessus le filet. Au roundnet, on envoie plutôt la balle sur le trampoline et l’autre équipe reprend la balle et l’envoie aussi tôt à l’adversaire», a raconté Patrick Demers, ambasseur Spikeball au Bas-Saint-Laurent.

Tous les pratiquants auront leur manière différente de vous transmettre leur amour pour le roundnet.

«C’est un sport de dextérité, c’est différent. On n’a pas besoin d’être 100% en forme pour jouer à ça non plus. Ce n’est pas si exigeant, donc c’est plaisant», a expliqué un adepte de ce sport, Luc Grandmaison.

«Ça ne prend pas trop de temps à apprendre et à devenir assez habile pour jouer. C’est un jeu qui est très addictif. Dans le sens qu’à partir du moment où tu deviens habile un peu, t’as envie de jouer et tu peux faire plein de versions différentes. C’est le fun d’y jouer à plein de place», a souligné Denis Bossé.

«Je suis un joueur de soccer au départ et je cherchais quelque chose d’un peu moins cardio et moins technique impliquant davantage les mains pour pratiquer différents mouvements qui sont habituellement moins sollicités au soccer. C’est pour une de ses raisons que j’ai accroché à ce sport», a expliqué Rémi Auclair Dupriez.

Cette discipline est accessible autant pour les petits que les plus grands.

«Je sais que les écoles dans les alentours ont acheté des sacs de ce jeu. Déjà chez les jeunes, il y a des cours qui se donnent. Éventuellement, je pense que ça va devenir encore plus gros comme sport», a ajouté Patrick Demers.

La popularité est telle à Rivière-du- Loup que la ville a été choisie pour accueillir l’un des huit tournois du circuit provincial de roundnet le 14 septembre prochain.