Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

La culture au pas de course

Publié le 28 septembre 2022 à 17:29, modifié le 28 septembre 2022 à 17:34

Par: Jesse Roussel

Un Parcours Énergie a été installé à Douglastown, près de Percé, dans le but de faire bouger la population. En plus des stations d’activités physiques et des balados entrainant, cette nouvelle installation met de l’avant les artistes de l’endroit.

Au tour de Douglastown de créer un Parcours Énergie avec sa propre touche artistique. Le nouveau parcours de 5 km reprend le concept de celui de Gaspé avec ses stations d’activités physiques, mais des bancs fabriqués par des artisans de la place y ont été ajoutés. Isabelle Martin, directrice du centre communautaire Douglastown: « Nous ce qu’on a décidé de faire c’est de le faire dans notre village à nous à Douglastown. Alors on a repris le même concept avec des exercices. Et puis on a rajouté un aspect où chaque banc est fait par un artisan local. »

Pour le centre communautaire Douglastown, ce parcours est un moyen de mettre de l’avant la région le monde de la région: « C’est vraiment de mettre le plus de personnes de l’avant là. En fait les gens qui ont travaillés sur le parcours de Gaspé, ils habitent à Douglastown aussi. Fait qu’ils ont été implantés dans ce projet-là. Donc le design des exercices, la réalisation des balados, la narration, la révision. »

Un partenariat avec la population

La position et l’installation des bancs découlent d’une collaboration avec le public qui a accepté d’en avoir sur des terrains privés. Isabelle Martin explique l’expérience: « En fait il y a des gens qui ont accepté d’accueillir des bancs sur leur terrains. Des fois c’est des terrains habités, des fois c’est des terrains qu’ils ne le sont pas. Il y en a un qui est dans la forêt par exemple. Les gens ont gracieusement accepté sans nous charger quoi que se soit d’avoir des banc chez-eux. »

Les instructions des exercices sont données dans un balado par l’entraîneuse de plein-air Isabelle Provencher qui a bien apprécié le nouveau défi: « Alors tout tournait autour du même mobilier. Mais il y a rien de plus excitant qu’un banc, il y a plein de chose qu’on peut faire avec un banc. »

 

Cette initiative rayonne dans la région et donne le goût à d’autre village de créé son propre parcours. Ce sera le cas de l’Anse-à-Valleau d’ici la prochaine saison estivale.