Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Alerte info

Depuis cet après-midi, des manifestants bloquent le trafic ferroviaire  en provenance de l’ouest sur le rail du CN à L’Isle-Verte, sur le territoire traditionnel Malécite.

Nouvelles

La Commission Laurent de passage à Gaspé

Publié le 13 février 2020 à 12:25, modifié le 13 février 2020 à 12:26

Par: Etienne Malouin

La Commission Laurent était de passage à Gaspé hier soir. Les participants présents au forum citoyen ont pu échanger et proposer leur idée pour améliorer les services à l’enfance au Québec et faire leur constat de ceux offerts en Gaspésie.

Les participants au forum d’hier soir  ont fait un constat clair. La réforme du milieu de la santé du ministre Gaétan Barette en 2015 a eu un effet catastrophique sur les services offerts aux jeunes.

« Le taux d’encadrement aussi a diminué. Ça se fait au détriment finalement des gens qui ouvrent avec la clientèle pour ma part, que je qualifie de la plus vulnérable du réseau des services à la jeunesse », mentionne Marc Turcotte, un ancien directeur de la DPJ.

Et l’impact de cette réforme s’est fait sentir sur le terrain pour Gaétan Lussier, qui est famille d’accueil depuis maintenant 26 ans.

« Un jeune ne peut pas se mettre en confiance avec un intervenant. Aussitôt qu’il le fait, ça changé d’intervenants. C’est beaucoup plus difficile pour le jeune d’avoir de la stabilité »

Plusieurs déplorent qu’il y ait un rapport de force inégal entre la DPJ et le reste du monde de la santé.

« Le directeur de la protection de la jeunesse à l’instar du directeur de la santé publique, devrait avoir plus d’espace, plus d’autorité et de reconnaissance à l’intérieur des CISSS », mentionne Pierre Michaud.

Parce que les nombreux problèmes de services se font au détriment des jeunes.

« C’est vraiment important pour la continuité que vraiment ils se sentent importants dans leur démarche pour devenir des adultes responsables », trouve dommage Linda Thurston, présidente du comité des usagers mission jeunesse.

Au niveau de la santé publique, on reconnait que des services destinés aux jeunes ont un manque criant de financement.

« Malheureusement pour l’instant on n’a pas toutes les ressources nécessaires pour les mettre en œuvre correctement. Je pense que la Commission Laurent à déjà dans ses premières recommandations. De demander au gouvernement de financer davantage les programmes SIP », explique le directeur de la santé publique, Yv Bonnier Viger.

La commission Laurent terminera sa tournée aujourd’hui à Baie-Comeau. Une série de rencontres entamés le 14 janvier dernier.  Les commissaires assurent que des pressions seront faites sur le gouvernement pour que des changements concrets soient apportés.