Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Des rassemblements de chasseurs responsables de plusieurs cas de COVID-19

Publié le 26 octobre 2020 à 17:41, modifié le 26 octobre 2020 à 18:17

Par: Louis-Philippe Arsenault

La saison de chasse serait la cause de la propagation de plusieurs cas de COVID-19, selon la Santé publique. Malgré ses messages de prévention répétés, les directives ne semblent pas avoir été respectées de tous.

Les rassemblements dans les camps de chasse auraient provoqué plusieurs cas de COVID-19 selon la Direction régionale de santé publique. Pourtant, plusieurs interventions avaient été faites auprès des chasseurs. « Quelques-uns n’ont pas bien compris le message ou nous, on l’a mal expliqué », mentionne le Dr Yv Bonnier-Viger, directeur régional de la santé publique, Gaspésie-Les-Îles.

La moitié d’un groupe de 16 chasseurs a récemment contracté le virus. « Parfois, il y a des choses, disons un peu surprenantes. Se retrouver 16 dans une roulotte, alors malheureusement le virus s’est invité et comme les conditions étaient favorables pour qu’il se promène d’une personne à l’autre, et bien il ne s’est pas gêné », soulève le directeur régional de santé publique.

Le Dr Bonnier-Viger affirme que plusieurs cas de transmissions sont dus à des personnes qui continuent de se promener dans la communauté malgré la présence de symptômes. « Beaucoup de gens qui pensent que comme les autres années quand ils ont quelques symptômes, un petit peu mal à la tête ou un petit peu de toux ou le nez qui coule ou mal à la gorge que c’est juste un petit rhume puis que ça va passer, puis, et bien malheureusement c’est vrai qu’il existe des rhumes, mais il y a de la COVID aussi », ajoute-t-il.

La population est invitée à consulter l’outil d’autoévaluation des symptômes de la COVID-19 sur le site web Québec.ca.

Ce qui prend l’apparence d’un rhume pour certains peut avoir des conséquences beaucoup plus graves chez d’autres. « Y’a beaucoup de gens qui se sont promenés 4 -5 jours avec des symptômes en pensant que c’était juste un rhume puis finalement c’était la COVID, alors pendant ses quatre-cinq jour ils ont vu beaucoup de gens ils ont donc facilement rependu le virus », indique le Dr Bonnier-Viger.

La Direction de santé publique mentionne toutefois avoir une bonne collaboration des citoyens lorsqu’elle demande à ces derniers de s’isoler.