Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Interruption des négociations en santé

Publié le 22 février 2021 à 16:14, modifié le 22 février 2021 à 16:24

Par: Derek Dubé

Au Nouveau-Brunswick, les travailleurs de la santé sont toujours sans contrat de travail depuis des mois. La semaine dernière, le gouvernement néobrunswickois ne s’est pas présenté à la table des négociations, interrompant du même coup les discussions.

Les négociations houleuses persistent entre le Conseil des Syndicats hospitalier et le gouvernement néo-brunswickois. Une rencontre prévue mardi dernier a d’ailleurs été annulée par l’employeur.

« Depuis mardi passé, rien ne s’est passé. Il n’y a pas eu de discussion. On n’a pas de rencontre de prévue. Tout est mort où on se parle » raconte le vice-président régional pour négociation 1252 Joseph Lanteigne.

Le gel des salaires des travailleurs au cours de la première année serait le principal point en litige.

« C’est sur que nous avons amené des propositions au niveau du recrutement puis la rétention et c’est surs que nos membres ne veulent accepter le 0% pour la première année » mentionne le représentant syndical.

Les libéraux déplorent la stratégie employée par les progressistes-conservateurs.

« Actuellement les conservateurs blâment beaucoup le fait qu’on manque de personnel. Je pense que c’est un des moyens qu’ils veulent utiliser afin de justifier des coupures dans le système de santé, en disant, c’est déplorable on a pas beaucoup de professionnel de la santé » explique le porte-parole en matière de santé Jean-Claude D’Amours.

Plusieurs facteurs sont à l’origine du manque de main-d’œuvre dans les hôpitaux du Nouveau-Brunswick, selon l’opposition.

« Les professionnels de la santé quittent le Nouveau-Brunswick pour aller travailler dans d’autres provinces parce que les conditions de travail sont meilleures » rappel le député D’Amours.

« La charge de travail est très élevée et le gouvernement ne semble pas voir cela pour les travailleurs de la santé » déplore Joseph Lanteigne.

Le porte-parole libéral martèle le besoin urgent de recruter du personnel dans le domaine de la santé.

« Pour Blaine Higgs, c’est sa façon de faire ou pas du tout. On a besoin des gens dans chacune des régions du Nouveau-Brunswick afin de donner des services de santé de qualité à nos citoyens et puis il manque une belle opportunité de s’assurer de faire des choses positives. »

Une grève semble envisageable selon le syndicat.

« C’est sur que la grève s’est en dernier recours, mais soyez assuré qu’on est en train de préparé nos membres. »

Une prochaine tentative de négociation est prévue à la fin du mois. Entre temps, les représentants syndicaux espèrent un dénouement heureux d’ici les prochaines semaines.