Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Incendie violent : Consternation à Val-Comeau

Publié le 22 mai 2020 à 16:37, modifié le 22 mai 2020 à 16:37

Par: Vincent Lanoie

Dur lendemain à Val-Comeau après l’incendie qui a ravagé l’usine de transformation de homard « Les Pêcheries de Chez Nous ». Le bâtiment est une perte totale. 250 employés n’ont pas pu rentrer au travail ce matin et une cinquantaine de pêcheurs devront se trouver d’autres acheteurs.

Véritable cauchemar pour l’industrie de la pêche au homard de la Péninsule acadienne qui venait tout juste de lancer sa saison. L’usine de transformation de Val-Comeau a rapidement été ravagée par les flammes hier après-midi. Les forts vents et l’humidité ont permis au brasier de se propager à une vitesse fulgurante. De la fumée noire était même visible à plusieurs kilomètres des lieux. Une scène traumatisante pour les travailleurs dont certains n’ont pu repartir avec leurs voitures qui ont été la proie des flammes.

«Moi la seule image que j’ai en tête, c’est la détresse de tout le monde en sortant à l’extérieur. Surtout les travailleurs étrangers dont plusieurs en étaient à leur première journée. On n’avait pas besoin de ça durant la pandémie », a mentionné un employé de l’usine de transformation, Jean-Pierre Ward.

«La réalité c’est que de voir comment on va faire travailler ces gens-là. Beaucoup de personnes sont touchées, soit plusieurs centaines de personnes. Est-ce que les pêcheurs vont être en mesure de continuer la pêche et de vendre leur produit», a souligné le maire de Tracadie Denis Losier.

Le maire de Tracadie Denis Losier décrit cette situation comme un drame économique pour la région où l’on retrouve de nombreuses familles qui dépendent de l’industrie de la pêche.

«On parlait de relance économique avec la pandémie. On n’avait pas nécessairement besoin de ce défi-là avant tout ce qu’on a vécu durant les deux derniers mois. Je pense que si tout le monde reste positif et tout le monde met la main à la pâte, on va être en mesure de trouver des solutions», a ajouté le maire.

Déjà que le marché était fragile en raison de la COVID-19, voilà que les homardiers devront trouver une autre usine pour transformer leur produit et éviter des pertes. Le milieu est en train de se mobiliser pour soutenir les pêcheurs et employés affectés. Certains transformateurs ont déjà offert des postes aux travailleurs touchés et des acheteurs sont prêts à prendre un pourcentage de homard qu’accueillait Les Pêcheries de Chez Nous.

«C’est une année exceptionnelle, alors plus avec le drame qui vient d’arriver. On suit la pêche au jour le jour et on regarde pour des solutions. On est en mode survie cette année», a raconté le conseilleur aux pêcheurs à l’Union des pêcheurs des Maritimes, Emmanuel Moyen.

Des discussions ont lieu entre les différents paliers gouvernementaux afin d’évaluer comment il serait possible de limiter les conséquences engendrées par l’incendie sur ce secteur de l’économie.