Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Immigration : une solution pour le manque de main-d’œuvre ?

Publié le 31 juillet 2018 à 15:59, modifié le 31 juillet 2018 à 18:15

Par: Simon Philibert

De nombreuses entreprises de la région doivent faire des pieds et des mains pour attirer de nouveaux employés. Certains doivent même se tourner vers l’immigration pour combler leurs besoins.

Plus de 300 emplois. Voilà le nombre de postes affichés sur le site Internet de la MRC de Rivière-du-Loup. Des entreprises, comme les restaurants McDonald’s, doivent répondre à un besoin constant de recrutement. « La grosse différence avec avant où l’on avait des tonnes de CV, il faut aller chercher les gens où ils sont. Il faut être très proactif  pour l’embauche» explique le propriétaire franchisé des restaurants McDonald’s de la région Pierre Dubillard .

Une forte présence sur les réseaux sociaux, dans des salons d’emplois, en plus de Marocains qui devraient arriver prochainement à Rivière-du-Loup, tout est mis en place pour faciliter l’embauche. L’homme d’affaires procèdera également à du recrutement dans la région de Montréal.  « Des gens qui sont à Montréal présentement, des immigrants qui ont droit de travailler, mais qu’ils n’ont pas d’emplois. Et là, on va les courtiser, on a une superbe belle région » ajoute M. Dubillard.

L’immigration reste une solution couteuse et risquée pour les entreprises d’ici. Selon M. Dubillard, «on parle environ de 5000$ pour une personne et parfois, elle peut se faire refuser à la barrière. On paye 5000 quand même, c’est comme au casino, on est pas certain que ça va fonctionner.»

L’agente de développement à l’immigration du CLD de Rivière-du-Loup, Stéphanie Jeanne Bouchard, explique que  l’immigration a des impact positif sur la région et «permet que nos écoles restent vivantes, ça nous permet de garder des services de proximité, ça nous permet une richesse, un diversité culturelle et de découverte bien sûr.»

Le CLD accompagne  les entreprises dans leurs démarches de recrutement à l’étranger, mais également les immigrants dans leur intégration dans la région. « C’est d’accompagner la personne avant son arrivé jusqu’à son établissement, son intégration pour lui parler de la proximité des services et de ce qui est possible de trouver pour elle» ajoute Mme Bouchard.

Selon le propriétaire franchisé des McDonald’s de la région, les solutions au manque de main-d’œuvre passent par l’éducation. «Faut absolument que quelqu’un se réveille et dit qu’on met une université ou un campus à Rivière du Loup. On est au centre du Nouveau-Brunswick et de la Gaspésie. Je ne verrais pas pourquoi nous n’aurions pas des programmes universitaires qui viendraient contrer l’exode des jeunes. »

Même si l’immigration est positive pour les entreprises et la région, il sera intéressant de voir si les nouveaux travailleurs désireront rester ici à plus long terme.