Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Héritage 1 : la réponse se fait attendre

Publié le 6 février 2020 à 10:33, modifié le 6 février 2020 à 10:33

Par: Simon Philibert

En cette première semaine de février, le Gouvernement du Québec n’a toujours pas fait connaître sa décision dans le dossier de l’Héritage 1. Le sujet a rebondi hier à la période de question à l’Assemblée nationale.

Le député de René-Lévesque Martin Ouellet a questionné le ministre des Transports afin de savoir quand il sera possible d’avoir une réponse dans le dossier de la traverse entre Les Escoumins et Trois-Pistoles. L’élu s’impatiente et ne comprend pas pourquoi la CAQ prend autant de temps pour confirmer les travaux sur un traversier qui a fait ses preuves et qui  est essentiel pour la vitalité d’une région.

« Le bateau, on le sait, si on met 5 millions on a 20 ans supplémentaires. On connait les coûts. S’il y a des dépassements de coûts, la communauté va mettre le million supplémentaire afin de s’assurer que ce bateau soit fiable pour plusieurs années. On connait l’endroit, on connait l’impact, bref on sait où on s’en va. Pourquoi ne pas aller de l’avant tout de suite » explique le député de René-Lévesque, Martin Ouellet.

C’est justement sur ces fameux coûts supplémentaires que le ministre des Transports s’est attardé dans sa réponse. « Les estimations nous démontraient qu’il pourrait avoir des réparations additionnelles beaucoup plus élevées. Ce sont ces garanties financières que j’ai demandées à la corporation. Des informations additionnelles pour être capable de prendre la meilleure des décisions. Je le sais, je suis sensible à la situation et aux gens qui veulent avoir une traverse l’été prochain. On va prendre la meilleure décision dans les prochains jours sinon prochaines semaines » réplique François Bonnardel.

La soumission qu’a fournie le Groupe Océan à la Compagnie de navigation des Basques est échue. Par contre, la collaboration entre les deux organisations permet d’assurer pour le moment que les travaux sur le navire pourront être faits à temps pour l’été, si l’argent finit par être accordé par Québec.