Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Halloween : les enfants privés de collectes de bonbons dans certaines municipalités ?

Publié le 23 octobre 2020 à 18:26, modifié le 23 octobre 2020 à 18:26

Par: Fabienne Tercaefs

Avec la COVID-19, l’Halloween s’annonce différent cette année. Même si la santé publique autorise les collectes de bonbons, certaines municipalités de nos régions ne veulent prendre aucun risque.

Pas de porte à porte cette année dans plusieurs municipalités, notamment à Cacouna. «On a eu de l’inquiétude un petit peu lorsque notre région est passée du jaune à l’orange. (…) On se dit cette fois-ci on va faire différemment,» explique la mairesse de Cacouna Ghislaine Daris.

La municipalité a décidé de privilégier plutôt des décorations de citrouilles et de résidences. «On était censé passer à Rivière-du-Loup et puis à Saint-Modeste et ici. Là on va passer ailleurs, dans d’autres districts,» commente une citoyenne. «Bah moi je trouve ça plate pour les enfants, c’est une belle fête. Pis des enfants aiment ça, je trouve ça plate,» déplore sa voisine.

La mairesse de Saint-Louis-du-Ha!-Ha! a aussi décidé d’interdire la collecte dans les rues. «J’avais de la misère avec la dernière consigne de la santé publique. La table à 2m à l’extérieur avec les bonbons au niveau de la table. Je trouvais que c’était un vecteur de transmission,» explique la mairesse Sonia Larrivée. «Moi je suis pour que les enfants s’amusent, ils en ont déjà assez de problèmes,» affirme un résident. «Si on  enlève les fêtes, il y aura moins de rassemblement comme je pourrais dire. Non moi je trouve ça correct.» explique un autre citoyen.

La municipalité a préféré acheter des bonbons qui seront distribués dans les bulles-classes. Initiative similaire à Saint-Pascal qui offre aussi un feu d’artifices, haut de 80 étages pour que tous les citoyens puissent le voir de chez eux. Autant d’idées pour fêter différemment l’Halloween, même si la santé publique autorise la collecte, avec certaines recommandations : «Les enfants qui s’agglutinent les uns sur les autres et qui se précipitent dans les portiques des maisons. Ce n’est pas ça qu’on veut voir,» soutien le directeur régional de la santé publique, Sylvain Leduc.

 

Et cette question qui inquiète : que va-t- faire de toutes ses friandises qui ne seront pas distribuées ? «On va devoir manger les bonbons qu’on a achetés et puis les chips,» termine une résidente.