Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

Grand-Sault: l’accusé subira une évaluation psychiatrique

Publié le 22 décembre 2020 à 09:31, modifié le 23 décembre 2020 à 10:28

Par: Gilles Duval

Un individu domicilié à Grand-Sault, Jonathan Beck Fontaine, 31 ans, a été accusé du meurtre au deuxième degré de son ex-conjointe Mindy Godin. Il subira une évaluation psychiatrique au Centre hospitalier du Restigouche afin de déterminer s’il est apte à faire face aux procédures judiciaires entamées contre lui. Il reviendra devant le tribunal le 4 janvier 2021.

 

Le drame a comme toile de fond la violence conjugale. L’homme et la femme vivaient une récente rupture. De ce que l’on sait, la victime de 32 ans a quitté son travail pour se rendre au domicile du couple sur l’heure du midi, lundi. Sur place, son agresseur l’a attaqué avec une arme. Elle a réussi à se rendre au dépanneur voisin où elle a succombé à ses blessures.

Le beau-frère de Mindy Godin dit avoir cessé de fréquenter le couple en raison d’une situation qui s’est produite avec l’accusé et sa propre famille il y a quelques mois.

«Des fois quelqu’un est mieux de se taire et de s’éloigner; des fois, on veut pas se mêler là-dedans; ça fait de la chicane bien souvent», a dit Robert Lizotte.

Inquiet pour elle, il lui a parlé ouvertement de ses craintes envers son conjoint.

«Quand ma femme m’a appelé hier, elle ne pouvait pas parler; elle a rien que dit «Mindy»; je me doutais de ce qui était arrivé.  j’avais dit à Mindy, débarrasse-toi de ce gars-là», a-t-il ajouté.

Le couple avait deux enfants qui étaient présents sur les lieux au moment du crime.

Le drame secoue la communauté. Une veillée à la chandelle est organisée mercredi soir à Grand-Sault. Le départ se fera dès 19 h 30 du commerce Home Hardware sur le boulevard Broadway.

«C’est malheureux la manière que ça s’est terminé; elle était tellement une bonne personne, pas juste au niveau de sa famille mais aussi avec ses collègues de travail», a indiqué le co-organisateur de la Veillée, Joël Benoît.

La vigile sera une façon de perpétuer la mémoire de la victime et de dénoncer la violence conjugale.

«C’est quand même surréel que ça se passe dans notre région, notre communauté; on aimerait lancer un message que la violence conjugale n’a pas sa place, faut que ça arrête», a poursuivi Joël Benoît.