Prévisions météo
État des routes
Marées
Faire défiler
Faire défiler
Faire défiler

Nouvelles

GÎM : la région éloignée qui attire le plus de gens au Québec

Publié le 20 février 2019 à 17:40, modifié le 21 février 2019 à 08:32

Par: Louis Laflamme

Pour une deuxième année consécutive, la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine est la championne des régions éloignées qui attirent le plus de nouveaux arrivants au Québec. C’est ce qu’on a appris dans le dernier rapport de l’Institut de la statistique du Québec, qui dresse le portrait de la migration interrégionale dans la dernière année.

La Gaspésie et les Îles affichent des résultats uniques. Premièrement, parce qu’elle montre un solde migratoire positif. Et de deux, parce qu’elle est la seule et unique région éloignée à afficher un tel solde. Même que cette statistique est comparable aux plus grandes banlieues des grands centres. Donc la Gaspésie est dans la cour des grands au niveau des soldes migratoire.

« Un peu moins de 2000 personnes qui ont quitté la Gaspésie –  Îles-de-la-Madeleine au courant de cette dernière année là mais en contrepartie, il y en a environ 2200 qui se sont établis dans la région en provenance d’une autre région du Québec. Si on fait la différence entre les deux, on se retrouve avec un gain net d’environ 250 personnes. Comme je le disais, c’est un gain pour une deuxième année de suite. Les gains sont beaucoup plus importants que l’année précédente. En 2016-2017, on était autour de 120 personnes », explique la démographe en charge du rapport, Martine St-Amour.

Autre point intéressant, ce sont les résidents québécois qui ont entre 25 et 44 ans qui adoptent le plus notre région. Et qui dit jeunes adultes, dit aussi jeunes familles, donc des enfants qui vont naître ici. C’est aussi la tranche d’âge la plus active sur le marché du travail.

« Ça fait plusieurs années que la Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine va faire des gains  dans les groupes d’âges un peu plus âgés, donc des gens autour de l’âge de la retraite. Mais depuis 2 ans, c’est vraiment une augmentation des gains chez les 25 à 44 ans », ajoute la démographe.

Des efforts qui portent fruit

« Le solde migratoire de cette année, c’est le meilleur solde migratoire de la Gaspésie et des Îles depuis que ces données là existent », explique le coordonnateur de la Stratégie Vivre en Gaspésie, Danick O’Connor.

Trois principaux facteurs expliquent ce solde positif. Entre autres, c’est qu’il y a de l’emploi de disponible dans la région. Pas nécessairement plus qu’ailleurs, mais il y en a définitivement plus qu’avant. Deuxièmement, c’est qu’en Gaspésie et aux Îles, il existe toute une mobilisation et une stratégie qui est mise en œuvre pour attirer ces gens. Et ce qui est unique à la région, c’est que toute cette concertation là transcende les frontières des MRC pour ainsi créer une vraie force de frappe.

Le dernier point mais non le moindre, c’est, bien sûr, la qualité de vie qu’on retrouve dans la région.

« Notre région, ce qu’elle a à offrir, ça attire les gens. Il y a des gens qui ont envie de vivre loin du trafic, plus loin du stress,  d’être proche de la nature, de pouvoir faire des activités, etc. Donc, notre vivre autrement, ça attire les gens. On le sens sur le terrain que cette façon de vivre là est de plus en plus populaire », affirme Danick O’Connor.

Pour son organisme, qui met beaucoup d’efforts en ce sens depuis une dizaine d’années, le classement de la Gaspésie dans ce rapport est une excellente nouvelle. « On se compare aussi avec les autres régions ressources, éloignées. Quand on voit que ça fait 2 ans qu’on est les seuls à avoir un solde migratoire positif alors qu’il y a des emplois disponibles partout, on se dit que ça ne peut pas juste être de la chance non plus un moment donné », renchérit-il.